NOUVELLES

Marois attaque l'intégrité de Couillard et du PLQ

22/03/2014 05:31 EDT | Actualisé 22/05/2014 05:12 EDT

La chef péquiste a intensifié ses attaques contre Philippe Couillard en l'associant à la corruption. « Rien n'a changé au PLQ [depuis Jean Charest] », a martelé samedi Pauline Marois devant des militants à Rivière-du-Loup, dans le Bas-Saint-Laurent.

Un texte de Marie-Ève Maheu Twitter Courriel

« M. Couillard refuse de parler du bilan libéral sur l'intégrité. Minimiser, banaliser, se défiler. La vérité, c'est que le chef libéral n'a jamais rompu avec l'héritage de Jean Charest. La preuve, 18 anciens ministres libéraux font campagne avec lui. »

La chef Pauline Marois a laissé entendre que M. Couillard était présent à l'époque où le Parti libéral faisait l'objet d'allégations de favoritisme et de pratiques douteuses. 

Philippe Couillard était à l'Assemblée nationale lorsque le PLQ exigeait de ses ministres qu'ils amassent au moins 100 000 $ pour financer le parti, ou encore « quand M. Charest nommait des juges à partir de post-it jaunes », a dit Mme Marois en référence à des révélations faites lors la commission Bastarache. Les autocollants post-it apposés sur les dossiers de certains candidats indiquaient leur allégeance politique.

« Si Philippe Couillard veut tourner la page, il doit se dissocier. Il doit regarder les Québécois dans les yeux et admettre les erreurs du passé », juge la chef du PQ.

Elle espère, dit-elle, que la population se souviendra le jour du scrutin que le Parti libéral est responsable de « la plus douloureuse crise de confiance que les Québécois ont connue ».

Le PQ reproche à QS de se tromper de cible

Par ailleurs, Mme Marois a reproché à la cochef de Québec solidaire, Françoise David, de s'en prendre à son parti, alors que sa cible devrait être les libéraux.

« Mme David, quand elle nous attaque, elle attaque un parti progressiste et souverainiste. Elle prétend être progressiste, souverainiste. Il me semble qu'elle devrait davantage attaquer celui qui est le plus nuisible. C'est Philippe Couillard et le risque d'un gouvernement libéral. Il ne faut pas prendre de risque. Je dis à Françoise David "attaquez-vous à la vraie cible. Ce n'est pas mon parti qui devrait être votre cible". »

En entrevue, Mme David a répliqué qu'elle jugeait « normal » qu'elle s'en prenne au Parti québécois et à sa chef, car elle trouve « décevant » le bilan du gouvernement Marois. 

« [En 2012], elle avait fait campagne sur un programme social-démocrate et écologiste. Donc, ce qui se passe, c'est que je suis déçue, et je suis déçue comme tant d'électrices et électeurs péquistes qui me le disent. C'est tout. J'ai fait le bilan du gouvernement Marois. Je trouve que c'est un bilan décevant », a déclaré Mme David.

Françoise David souligne qu'elle avait « attaqué avec beaucoup plus de violence » le bilan du gouvernement libéral précédent.

PLUS:rc