NOUVELLES

Italie - Quand Mihajlovic le littéraire veut "pousser Juliette du balcon"

22/03/2014 11:52 EDT | Actualisé 22/05/2014 05:12 EDT

On peut faire du football son métier et être un adepte de littérature. C'est le cas de Sinisa Mihajlovic, entraîneur de la Sampdoria Gênes, qui a émis le voeu samedi de "pousser Juliette du balcon" avant d'affronter le Hellas Vérone.

"Je m'attends à un Vérone très énervé, car il reste sur une défaite, comme nous. Mais je ferai tout pour pousser Juliette du balcon", a dit le Serbe avant ce match comptant pour la 29e journée du Championnat d'Italie.

Le technicien ne goûte pas seulement Shakespeare. Il avait déjà cité la semaine précédente Dante Alighieri. Avant le match contre l'Atalanta Bergame, il s'était présenté en conférence de presse avec un exemplaire de "L'enfer" pour inviter ses joueurs "à franchir les Colonnes d'Hercule, comme Ulysse" (Chant XXVI).

En presque deux ans sur le banc de la Fiorentina (juin 2010-novembre 2011), le Serbe "ne pouvai(t) pas manquer de lire un peu de Dante", avait-il expliqué. "Je ne peux pas le citer par coeur, comme (l'acteur Roberto) Benigni, mais le Chant XXVI m'a touché".

"Je ne sais pas où sont les Colonnes d'Hercule (le nom du détroit de Gibraltar dans l'Antiquité, ndlr), mais je sais que je veux aller le plus loin possible. J'aime comme Ulysse pousse ses hommes à aller vers l'inconnu."

Évoquant les trois Livres de la "Divine Comédie" du grand poète de la Renaissance, Mihajlovic avait expliqué qu'à son arrivée, fin novembre, l'équipe alors relégable était en Enfer. Après l'avoir conduite au Purgatoire, il rêvait de l'emmener au Paradis.

Mais Mihajlovic peut aussi citer les modernes. A son arrivée sur le banc de la "Samp", il avait emprunté deux phrases à l'ancien président américain John F. Kennedy. Il avait recommandé à ses joueurs de "ne pas se demander ce que l'équipe peut faire pour vous mais ce que vous pouvez faire pour l'équipe". Du JFK tout craché, en remplaçant "les États-Unis" par "l'équipe".

Pour sortir les "Blucerchiati" de la crise, le Serbe avait là encore emprunté à Kennedy: "Les vainqueurs cherchent une issue, les perdants cherchent une excuse".

Reste que la motivation littéraire ne porte pas toujours ses fruits. La semaine dernière, la "Samp" a lourdement chuté contre l'Atalanta (3-0). Mihajlovic, moins raffiné, avait regretté que ses joueurs n'aient pas compris la différence entre "une bonne équipe et une équipe sans c..."

eba/dla/bvo

PLUS:hp