MONTRÉAL - Le Directeur général des élections (DGE) a réagi, samedi, aux allégations voulant qu'un nombre inhabituellement élevé de demandeurs allophones et anglophones tentent d'obtenir le droit de vote aux élections québécoises du 7 avril.

Selon le quotidien Le Devoir, des directeurs de scrutin de la région de Montréal sont préoccupés par l'afflux inhabituel de requérants, un phénomène qui serait observé dans plusieurs circonscriptions de la métropole.

Par exemple, dans Sainte-Marie–Saint-Jacques, au centre-ville de Montréal, plus de la moitié des personnes qui se présentent depuis lundi dernier pour obtenir le droit de voter pour la première fois sont soit allophones, soit anglophones. La circonscription est très majoritairement francophone (près de 76 pour cent), mais compte aussi un grand nombre d'étudiants.

La situation inquiète grandement les autorités électorales, affirme le quotidien.

La chef du Parti québécois, Pauline Marois, a demandé samedi au DGE de se pencher sur cette affaire. La situation soulève des questions «très sérieuses» et mérite un examen, a-t-elle dit. En début de soirée samedi, le PQ a convoqué un point de presse à 10 h 30 dimanche matin, durant lequel les candidats Nicole Léger et Léo Bureau-Blouin feront le point sur la question.

En entrevue à La Presse Canadienne, le porte-parole du DGE, Denis Dion, a estimé qu'il ne s'agissait pas nécessairement d'une tentative de fraude délibérée visant à gonfler les listes électorales.

«Il semble que ce soit un ensemble d'initiatives spontanées et individuelles, a indiqué M. Dion. Il y a peut-être, dans la présente période électorale, un enjeu qui interpelle ces gens-là et qui leur donne envie de s'impliquer dans le débat politique en exerçant leur droit de vote aux élections.»

Dune Desormeaux, un étudiant en quatrième année à l'Université McGill originaire de la Colombie-Britannique, a raconté à La Presse Canadienne, samedi, qu'il avait tenté de s'inscrire sur la liste électorale, mais que sa demande avait été rejetée.

Le jeune homme de 21 ans affirme avoir apporté les documents d'identité requis, mais il s'est fait dire qu'il ne pouvait voter parce qu'il est étudiant.

«Je pensais que je n'aurais pas de problème», a-t-il déclaré en entrevue. «J'ai apporté les documents requis: une pièce d'identité avec photo et une preuve de résidence. En gros, je me suis fait dire, après une discussion assez longue, que je n'étais pas autorisé à voter parce que je ne suis pas domicilié au Québec comme ils le disent.»

Le DGE a publié en fin de journée un communiqué visant à apporter des précisions sur la révision des listes électorales.

«Depuis quelques jours circule de l'information qui témoigne de toute évidence d'une incompréhension de certaines personnes à l'égard des modalités de la révision de la liste électorale et tout particulièrement de la notion de domicile», affirme le DGE.

Le communiqué rappelle que la Loi électorale prévoit que pour pouvoir s'inscrire comme électeur, il faut notamment avoir 18 ans, être de citoyenneté canadienne et être domicilié au Québec depuis six mois.

«Or, la notion de domicile peut s'avérer plus complexe à définir et susciter des questions quant à son interprétation», affirme le DGE.

Dune Desormeaux souligne que depuis qu'il a emmenagé au Québec pour ses études, il n'est retourné en Colombie-Britannique que quelques semaines par an.

Le DGE rappelle que la commission de révision des listes électorales peut réclamer tous les renseignements qu'elle juge pertinents dans l'étude de la demande d'inscription, comme une preuve de comptes bancaires dans une institution québécoise, une carte d'assurance maladie du Québec, un permis de conduire ou des immatriculations du Québec ou une déclaration de revenus effectuée au Québec.

«Plus les preuves s'additionnent, plus l'intention d'établir le domicile se précise, affirme le DGE. Certains gestes démontrent de manière plus certaine l'intention d'établir son domicile au Québec, par exemple le fait d'y payer ses impôts par opposition au simple fait de détenir un bail.»

Loading Slideshow...

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?