DIVERTISSEMENT

«Divergence», Theo James et Shailene Woodley : envers et contre tous (ENTREVUE)

22/03/2014 09:39 EDT | Actualisé 22/03/2014 09:39 EDT
LES FILMS SEVILLE

Attention, le film Divergence signé Neil Burger, s’annonce comme la nouvelle trilogie jeunesse de l’heure. Dans la lignée de Twilight ou Hunger Games, la superproduction concoctée par les mêmes studios Summit-Lionsgate arrive sur nos grands écrans. Adaptée du premier tome écrit par la romancière Veronica Roth, l’aventure nous propulse dans un monde post-apocalyptique où les êtres humains sont divisés en différents clans.

Tout se déroule dans le meilleur des mondes, jusqu’au jour où fait rarissime une jeune femme prénommée Tris (Shailene Woodley) ne rentre pas dans le moule. Son test d’aptitude n’étant pas concluant, elle est considérée comme une divergente. Elle devra chercher l’aide de Quatre (Theo James), un garçon aussi fort que séduisant pour éviter une mort certaine. Le Huffington Post Québec a rencontré à Toronto les deux acteurs.

Divergence se déroule dans un Chicago meurtri. L’œuvre de science-fiction dévoile un univers déterministe presque orwellien. En effet, la société dans laquelle grandissent nos héros ne leur offre qu’une seule et unique possibilité : celle d’intégrer une faction bien précise. Il y a les Altruistes, les Audacieux, les Érudits, les Sincères et enfin, les Fraternels.

«J’interprète Tris, une divergente, raconte Shailene Woodley en entrevue. Elle est une sorte de paria. Cette situation met sa vie en péril. Elle tente alors de cacher sa condition pour ne pas soulever les soupçons.»

Élevée parmi les Altruistes, elle décide donc de les quitter à contrecœur pour rejoindre les Audacieux, une faction brutale composée d’individus au caractère bien trempé qui ont pour mission de surveiller la gigantesque barrière de protection entourant la ville.

«Je me reconnais beaucoup en elle, ajoute Shailene. J’essaye de faire les choses que je trouve importantes dans la vie. Je sais ce que je veux, même si pour y parvenir je dois trouver un certain équilibre.»

Jusqu’ici, on avait vu l’actrice de 22 ans dans des productions indépendantes telles The Descendants (elle a été nommée aux Golden Globes) ou The Spectacular Now. Avant de plonger dans le cinéma commercial, elle avoue avoir demandé quelques conseils à Jennifer Lawrence, elle-même propulsée par le gros succès au box-office de la franchise Hunger Games.

«Je lui ai envoyé un message afin de savoir si elle était satisfaite d’avoir franchi le pas. Elle m’a répondu de ne pas faire de bêtises, de ne pas me droguer, de ne pas filmer mes ébats sexuels et d’éviter d’aller faire mes courses au magasin du coin le jour de la sortie du film», dit-elle en riant.

À ce titre, l’ambiance anticipatrice post-apocalyptique rappelle encore Hunger Games, surtout que Divergence met aussi en scène une bande de jeunes menées par une fille prête à tout pour sauver le monde. «L’histoire est différente, prévient Theo James. Divergence est davantage une réflexion sur la destinée. Notre vie est-elle tracée d’avance ou pouvons-nous décider du chemin à prendre? Des questions encore d’actualité.»

Le comédien d’origine britannique vu dans la série Downtown Abbey a eu beaucoup de plaisir à incarner son personnage. «Je le trouve intéressant et complexe. Il n’est pas très sociable. On sent qu’il a vécu des moments difficiles. Mais en même temps, il est plutôt courageux et assez rebelle. Et puis, il peut faire preuve d’une grande gentillesse. Il va d’ailleurs le prouver en protégeant Tris par amour.»

La romance pointe au bout du chemin. Toutefois, l’acteur précise que la complicité naissante entre les deux personnages est d’abord le fruit d’une entraide. «Les situations vont les pousser à découvrir qui ils sont réellement. Au fond, ils entreprennent ce nouveau voyage ensemble sans vraiment savoir où cela les mènera», dit-il.

Divergence (Divergent) – Les Films Séville – Science-fiction – 140 minutes – Sortie en salles le 21 mars 2014 – États-Unis.

INOLTRE SU HUFFPOST

«Divergence», Theo James et Shailene Woodley