NOUVELLES

Crimes de Cassandre et Houria en Argentine, l'heure du procès

22/03/2014 01:45 EDT | Actualisé 21/05/2014 05:12 EDT

Les meurtriers présumés de Cassandre Bouvier et Houria Moumni, deux Françaises tuées en 2011 pendant un séjour en Argentine, seront jugés à partir de mardi pour que le double crime ne reste pas impuni comme tant d'autres en Argentine.

Les trois hommes emprisonnés depuis deux ans et demi seront jugés à Salta, dans le nord-ouest de l'Argentine, pour meurtres et viols, et leurs trois juges devront dissiper diverses incertitudes.

Des preuves accablantes pèsent sur Gustavo Lasi, 27 ans, un ancien employé municipal et guide occasionnel. Des tests ADN attestent qu'il a violé Cassandre, 29 ans, et Houria, 24 ans. Il reconnait les agressions sexuelles, mais il rejette la responsabilité des meurtres sur Daniel Vilte, maçon de 28 ans, et Santos Vera, jardinier de 34 ans, qui nient.

Les cadavres des Françaises tuées par balle et partiellement déshabillées seront retrouvés le 29 juillet 2011 près du belvédère du parc naturel de la Quebrada de San Lorenzo à une quinzaine de kilomètres de Salta. Cassandre a été tuée d'un tir de carabine dans la tête alors que Houria a été abattue d'un coup de feu dans le dos, de même calibre. Elles portent aussi des traces de coups.

Après un colloque de sociologie à Buenos Aires sur l'influence arabo-musulmane en Amérique latine, les deux jeunes femmes avaient mis le cap sur la province de Salta, pour un séjour touristique.

Elles ont été vues en vie pour la dernière fois le 15 juillet a 16h30, leur entrée dans le parc naturel.

Pendant deux semaines, personne ne recevra de nouvelles. Leurs sacs à dos sont restés dans une auberge de jeunesse mais leur logeuse ne donnera pas l'alerte.

Les enquêteurs sont remontés jusqu'à Lasi car il a commis l'imprudence d'insérer sa carte SIM dans le téléphone volé à Houria le 15 juillet à 19h50 et d'offrir à sa petite amie son appareil-photo.

- Procès marathon -

Mis en cause par Gustavo Lasi, Daniel Vilte et Santos Vera se disent innocents et expliquent les accusations par de vieilles querelles familiales. Lasi affirme avoir violé les Françaises sous la menace de ses co-accusés, alcoolisés, rencontrés par hasard alors qu'il était allé chasser des pigeons avec une carabine.

Les preuves contre Vera et Vilte, qui se sont contredit à de multiples reprises dans leurs dépositions, sont maigres.

Un test ADN accusait Santos Vera de viol sur Cassandre, mais la contre-expertise s'est révélée négative. Les policiers ont également retrouvé chez lui une machette qui pourrait avoir servi à découper les habits des jeunes femmes.

Daniel Vilte, consommateur d'alcool et de d'un dérivé de la cocaïne, revendait peu après les faits un revolver qui pourrait avoir été utilisé le jour du meurtre, selon le dossier d'instruction.

L'avocat argentin des familles des victimes, Me Nicolas Durrieu, s'étonne que le propriétaire de la carabine qui a tué Cassandre, Walter Lasi, père de Gustavo Lasi, ne soit pas sur le banc des accusés.

"Il y a de nombreuses zones d'ombres dans ce dossier, dit Me Durrieu. Nous espérons que les accusés avoueront et que les familles de Cassandre et Houria pourront enfin savoir ce qui s'est passé".

Le père de Cassandre, Jean-Michel Bouvier, émet des doutes sur l'enquête et l'instruction. L'affaire avait eu une grande résonance médiatique en France comme en Argentine et les policiers étaient sous pression pour trouver les coupables.

"Un mois après, observe-t-il, tout était ficelé alors que des policiers voulaient continuer. Des choses manifestement restent en suspens". Il s'interroge sur le suicide d'un commissaire de police qui selon lui voulait poursuivre l'enquête.

Dans la famille Moumni, la douleur est trop forte pour parler de la mort d'Houria.

Marcelo Arancibia, avocat de Vilte, estime que ses clients ont apporté "des preuves irréfutables (de leur innocence) qui n'ont pas été prises en compte. Tout ce que dit Lasi est un tissu de mensonges".

Les parents des deux jeunes femmes assisteront aux débats et se préparent à un procès marathon, car le verdict n'est attendu que le 16 mai.

ap/hdz/abl

PLUS:hp