POLITIQUE

Ukraine: le Canada élargit ses sanctions contre la Russie

21/03/2014 06:14 EDT | Actualisé 21/05/2014 05:12 EDT
PC

LA HAYE, Pays-Bas - Le Canada a élargi ses sanctions, vendredi, contre 14 autres dirigeants russes et contre une institution financière.

Le premier ministre Stephen Harper est arrivé aux Pays-Bas, vendredi, dans un voyage en Europe qui inclura un arrêt bref, mais significatif, en Ukraine.

Les sanctions économiques et les interdictions de voyager touchent de hauts fonctionnaires russes, dont le chef du renseignement militaire de l’état-major général et davantage de conseillers et d'aides du président Vladimir Poutine.

Les sanctions frappent aussi la banque Rossiya, présentée par le bureau du premier ministre comme la «banque personnelle de hauts représentants» de la Fédération de Russie.

Samedi, M. Harper deviendra le premier dirigeant d'un pays du G7 à visiter l'Ukraine depuis que des manifestations pro-Occident ont chassé le gouvernement en place le mois dernier. Il sera accompagné du ministre des Affaires étrangères, John Baird.

En début de semaine, M. Harper devrait plaider auprès de ses collègues du G7 pour un front uni et musclé contre Moscou en marge du Sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye. M. Harper, l'un des dirigeants les plus expérimentés du G7, a déjà multiplié les mises en garde contre le président Poutine.

«De concert avec ses alliés internationaux, notre gouvernement adopte une position ferme dans son soutien envers l’Ukraine. Nous continuons de mettre en place des mesures supplémentaires pour limiter les capacités de personnes spécifiques, de même que celles de la banque Rossiya, qui sont responsables d’avoir violé la souveraineté de l’Ukraine», a fait valoir le premier ministre par communiqué.

«Le soi-disant référendum ayant été tenu n’a aucune légitimité, et toute intensification des actions de la Russie entraînera un plus grand isolement de cette dernière par la communauté internationale», a-t-il ajouté.

Les troupes russes ont occupé des bases militaires dans la péninsule de Crimée il y a trois semaines, dans un geste largement condamné comme une violation illégale de l'intégrité territoriale ukrainienne. Le Kremlin a depuis ce temps annoncé officiellement l'annexion de la Crimée par la Russie à la suite d'un référendum décriée par de nombreux pays.

Parmi les représentants russes faisant l'objet de sanctions figurent Igor Dmitrievitch Sergoun, lieutenant-général et chef du renseignement militaire de l’état-major général, Yury Viktorovitch Ushakov, «conseiller clé» du président en matière de politique étrangère et Yuri Valentinovitch Kovalchuk, actionnaire le plus important de la banque Rossiya et «banquier personnel» de hauts représentants de la fédération de Russie, indique le bureau de M. Harper.

Par ailleurs, le Nouveau Parti démocratique (NPD) a appelé le gouvernement fédéral à suspendre les ventes d'équipement militaire à la Russie dans la foulée de la crise en Ukraine.

Le porte-parole du NPD en matière d'Affaires étrangères, Paul Dewar, a reconnu que ces ventes sont de peu d'ampleur, tout en ajoutant qu'une telle décision enverrait un message important à la Russie.

INOLTRE SU HUFFPOST

Référendum en Crimée