NOUVELLES

Le premier match de l'Impact au Stade olympique est reporté à dimanche

21/03/2014 04:46 EDT | Actualisé 21/05/2014 05:12 EDT
Kevin Casey via Getty Images
SEATTLE, WA - MARCH 02: Andy Rose #25, of the Seattle Sounders, chases Hassoun Camara #6, of Montreal Impact, in the first half at CenturyLink Field on March 2, 2013 in Seattle, Washington. (Photo by Kevin Casey/Getty Images)

MONTRÉAL - Même si le match d'ouverture locale de l'Impact, prévu samedi au Stade olympique, a dû être reporté de 24 heures parce qu'on prévoit des chutes de neige de 15 à 20 cm à Montréal, les dirigeants du club montréalais sont convaincus que la rencontre aura bel et bien lieu dimanche.

Pour des raisons de sécurité, on ne peut permettre à des spectateurs d'assister à un événement au Stade olympique s'il y a une accumulation de plus de 3 cm de neige ou une charge totale de plus de cinq tonnes métriques sur le toit. C'est le protocole qui a été établi par le Parc olympique, conformément aux exigences de la Régie du bâtiment du Québec.

Étant donné que le toit du stade est doté d'un système de chauffage et que la neige devrait cesser de tomber samedi en après-midi, on devrait passer sous ce seuil à temps pour la rencontre qui sera disputée dimanche entre l'Impact et les Sounders de Seattle.

«Évidemment, il doit y avoir un nouveau processus de décision (samedi à 16h), mais on annonce du beau temps dimanche et les gens du Parc olympique nous ont dit qu'ils étaient tout à fait confiants que le match pourra avoir lieu dimanche», a commenté Richard Legendre, le vice-président exécutif de l'Impact, lors d'un entretien téléphonique.

«Notre principale préoccupation est que tous les amateurs soient au courant (du report) et sachent que le match aura maintenant lieu dimanche.»

Depuis le début de la semaine, les prévisions laissaient entrevoir une chute de neige de 5 à 10 cm, mais celles-ci se sont mises à gonfler dans la journée de vendredi, au point où Environnement Canada a émis un avertissement météo. Alors qu'on prévoit de 15 à 20 cm sur l'ensemble de la grande région de Montréal, on n'en attend que de 10 à 15 cm au-dessus du Parc olympique. Ce qui est quand même bien au-delà des normes prescrites.

«C'est vite devenu très clair», a reconnu Legendre, qui a suivi les prévisions de près au fil des heures avant même de discuter avec les dirigeants du Parc olympique, vendredi après-midi.

Même si c'est seulement la première fois en sept événements au Stade olympique depuis 2009 que l'Impact doit remettre un match — le match reporté du mois d'avril dernier était prévu au stade Saputo —, Legendre est d'avis que quelque chose doit être fait pour corriger la situation.

Le Stade olympique est la seule option pour l'Impact à ce moment-ci de l'année, alors que le calendrier régulier de la MLS commence toujours en mars. Il serait hors de question de disputer des rencontres à l'extérieur alors que le sol est encore gelé, et encore moins de disputer des matchs à l'étranger jusqu'à ce que la surface du stade Saputo soit prête.

«Il faudrait alors jouer sept matchs d'affilée à l'étranger, et ce à chaque année, a noté Legendre. On ne peut pas imposer ça à l'équipe, ça reviendrait à hypothéquer ses performances.»

Aux yeux de Legendre, il n'y a qu'une solution: régler la question du toit du Stade olympique une fois pour toute.

«On a un stade avec un toit. Or, on ne peut pas y jouer s'il tombe de 10 à 15 centimètres de neige. Et ça fait 15 ans que cette situation dure. C'est le comble de l'absurde, a-t-il lancé. Arrêtons de dire qu'on a trop dépensé d'argent pour le Stade olympique. On a un stade de 55 000 places et ce n'est pas demain la veille qu'on en aura un autre de cette taille. Il faut donc faire avec ce qu'on a, et il ne faut pas l'abandonner. Il est vieux de 40 ans, le stade, alors c'est normal qu'on doive maintenant le réparer. Mais nous, on a toujours dit que c'est un actif extraordinaire pour Montréal et le Québec.

«Il faut avoir un stade qui puisse servir 12 mois par année.»

Pour l'instant, tous les intervenants impliqués ont l'air un peu fou dans cette affaire, a souligné Legendre, même si les dirigeants de l'Impact et du Parc olympique n'y peuvent rien.

«Je parlais à un journaliste de Seattle et j'essayais de lui expliquer, a raconté le vice-président de l'Impact. Il avait de la misère à comprendre qu'on ait deux stades, dont un avec un toit, et qu'on ne puisse pas jouer ni dans un, ni dans l'autre, parce qu'il neige.

«Nous, on se sent mal dans cette situation, comme tous les Québécois qui aiment ce stade-là.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Les équipes en MLS - saison 2014