NOUVELLES

Obama a discuté de la NSA avec les grands patrons d'Internet

21/03/2014 05:36 EDT | Actualisé 21/05/2014 05:12 EDT

Le président américain Barack Obama a rencontré vendredi les dirigeants des grandes compagnies d'Internet pour discuter du programme de surveillance de l'agence de renseignement NSA.

Il a reçu entre autres le président du conseil d'administration de Google, Eric Schmidt, et le président-directeur-général de Facebook, Mark Zuckerberg.

Cette rencontre a été organisée dans le but d'amorcer un « dialogue sur les questions de vie privée, de technologie et de renseignement », a laissé savoir le porte-parole de la Maison-Blanche, Jay Carney. 

Mark Zuckerberg a écrit sur son compte Facebook qu'il avait parlé au président de son mécontentement par rapport au programme d'espionnage de la NSA. « Malheureusement, il semble qu'il nous faudra attendre très longtemps pour une véritable réforme », a-t-il regretté. 

Vives critiques sur le programme de la NSA

Obama aurait convoqué cette rencontre deux jours après que Mark Zuckerberg l'eut appelé pour lui dire que le gouvernement constituait désormais une « menace » pour Internet.

Eric Schmidt avait lui aussi exprimé son mécontentement envers ce programme de surveillance, qui menacerait la démocratie.

Les dirigeants de Yahoo! et Twitter avaient suggéré d'imposer plus de restrictions à l'agence de renseignements.

Les révélations de l'ancien consultant de la NSA, Edward Snowden, ont suscité de vives tensions entre les compagnies Internet et le gouvernement américain. Selon M. Snowden, qui est toujours recherché par les États-Unis, la NSA aurait intercepté des communications privées, notamment avec l'aide de Google et Yahoo!

Propositions de réforme

Devant le mécontentement populaire concernant ces révélations, le président américain a proposé en janvier dernier des réformes.  Il voudrait essentiellement enlever certains pouvoirs à la NSA sur le programme de surveillance. L'agence devrait ainsi demander une autorisation à chaque fois qu'elle aurait l'intention de collecter des métadonnées téléphoniques.

L'agence de renseignements ainsi que le Congrès devront approuver ces mesures pour qu'elles soient en vigueur.

PLUS:rc