NOUVELLES

Legault, seul à vouloir affronter les syndicats municipaux

21/03/2014 03:33 EDT | Actualisé 20/05/2014 05:12 EDT

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, veut donner aux villes le pouvoir de décréter les conditions de travail de leurs employés après un an de négociations qui ne débouchent pas. Sa déclaration a fait bondir les syndicats. 

M. Legault, comme Pauline Marois et Philippe Couillard, se sont adressés vendredi aux élus municipaux, réunis en congrès à Québec. 

« Il faut rétablir le rapport de force entre les administrations municipales et les syndicats, a fait valoir le chef caquiste. Vous avez toute la légitimité pour, après un an, trancher. Un pouvoir, dit-il, que détient le gouvernement du Québec. 

Pour lui, « il y a du ménage à faire » dans l'appareil municipal. « Les employés dans les municipalités sont payés en moyenne 30 % plus cher que les mêmes postes au gouvernement du Québec, donc c'est un problème. Ensuite, il y a un déficit cumulé de 5 milliards de dollars. »

La CAQ comparée à l'extrême droite

Il n'en fallait pas plus pour que le porte-parole d'une coalition de syndicats, Marc Ranger, accuse François Legault d'adopter « une position d'extrême droite ». « Au Québec, on a un droit fondamental qui est reconnu, c'est le droit à la négociation. M. Legault est en train de le nier » a dit en point de presse celui qui est aussi directeur adjoint au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

M. Ranger « a peut-être pris un petit trop de Red Bull » a rétorqué en après-midi le chef caquiste. Selon lui, les propos du chef syndical sont « carrément exagérés ».« Les maires ont tout intérêt à trouver une entente avec les syndicats », a-t-il ajouté.

Le PQ et le PLQ proposent l'arbitrage

Sur la question des régimes de retraite, le Parti québécois propose de laisser la Commission des relations du travail (CRT) trancher en cas d'échec des négociations. La ministre Agnès Maltais a déposé un projet de loi en ce sens, en février dernier. Celui-ci prévoit que les municipalités aient un an pour s'entendre avec les syndicats dans le but de combler les déficits accumulés, avant que la CRT n'intervienne. 

S'il est réélu, le PQ veut faire adopter ce projet de loi d'ici l'été. 

Le chef libéral, Philippe Couillard, a estimé vendredi qu'il s'agissait de la bonne voie à prendre, même s'il souhaite que des modifications y soient apportées. 

Par ailleurs, la chef péquiste a profité de son allocution au congrès de l'Union des municipalités du Québec pour promettre une entente entre les villes et le gouvernement avant l'été sur la décentralisation des pouvoirs et le mode des financements des municipalités, notamment. Selon Pauline Marois, les lois municipales sont mures pour une « cure de rajeunissement ».

Philippe Couillard s'est aussi engagé à donner plus de pouvoir et d'autonomie aux municipalités, particulièrement à la métropole et à la capitale nationale. « Il est temps de nous sortir de cette vieille relation créatures-créateur entre les municipalités et le gouvernement du Québec », a dit M. Couillard.

PLUS:rc