NOUVELLES

Le jeune créateur de "2048" "n'a jamais gagné une seule partie de son propre jeu"(ENTRETIEN)

21/03/2014 01:45 EDT | Actualisé 20/05/2014 05:12 EDT

"Je n'ai encore jamais réussi à gagner à mon propre jeu", confesse un brin amusé Gabriele Cirulli, 20 ans et créateur de "2048", le jeu puzzle de calcul mental qui fait fureur en ligne, envahissant les fils d'actualité Facebook et autres comptes Twitter.

Depuis son lancement le 9 mars dernier, l'invention du jeune développeur web originaire du Frioul ne cesse de rencontrer un succès croissant. A ce jour, 7,2 millions de personnes ont joué à son jeu.

Sur son compte Twitter, Gabriele annonçait même, une semaine après son lancement, qu'un temps de jeu de 521 ans avait été atteint sur "2048".

"C'est vraiment très étonnant, je ne m'attendais pas à un tel succès. Pour tout dire, une fois terminé, je n'avais même pas mis mon jeu en ligne", a révélé à l'AFP le jeune italien passionné d'informatique, dans une interview par courriel.

Il a suffi d'un week-end à Gabriele pour créer son premier jeu: "en le faisant, j'avais envie de m'amuser mais aussi d'apprendre de nouvelles choses".

"Publié dans l'attente d'un retour" sur une petite plateforme où des web-designers échangent autour de leur passion, "2048" a été rapidement repéré par un internaute. "A partir de ce moment-là, mon jeu est devenu connu", relate l'inventeur.

Synthèse de deux autres jeux présents sur internet, "2048", avec son habillage sobre et efficace, est un jeu à la règle simple.

Le joueur, à l'aide des flèches de son clavier, doit faire s'entrechoquer au sein d'un carré de 16 cases, des multiples de 2 afin qu'ils s'additionnent (2 avec un 2, 4 avec un 4,...) jusqu'à atteindre le nombre 2048.

En apparence facile et assez binaire, l'exercice s'avère vite addictif. Toujours sur son compte Twitter, Gabriele se félicitait d'avoir engendré "le pire cauchemar de votre productivité"...

Pour le jeune homme qui n'a pas poursuivi d'études après le lycée, la réussite de son jeu s'explique simplement: "la défaite ne te fait pas passer l'envie de jouer, au contraire l'écran +Gamer Over+ t'incite encore plus à retenter ta chance."

A l'heure où les jeux payants ou partiellement gratuits se multiplient, notamment sur Facebook, "2048", avec sa dimension ludique, aurait tout pour s'inscrire dans le sillage d'un Candy Crush et des millions qu'il génère, mais pour Gabriele "il n'en est pas question".

"Pour des raisons éthiques, je m'interdis de gagner de l'argent avec mon jeu, simplement parce que je n'en ai pas vraiment inventé le concept et aussi en raison de la nature +open source+ et parce que +2048+ n'a pas de copyright"

Des applications sur smartphones du jeu ont déjà vu le jour et contribuent à sa popularité. Des initiatives bien accueillies par Gabriele, "sauf lorsque [son] identité est usurpée".

"Sur Android, une application se targuait d'être la version officielle, mais elle a été retirée", explique l'ancien amateur de Playstation, tout en invitant les internautes à "jouer à la seule version +officielle+" (http://git.io/2048 ndlr ).

Gabriele a en tête "d'autres jeux". D'ici là, le jeune homme espère "pouvoir mettre en place différents projets web basés sur des idées qu'[il] a depuis quelque temps maintenant". Il n'en dira pas plus.

Bien qu'incapable de finir son propre jeu, Gabriele confie tout de même une astuce pour s'approcher du fameux score de 2048 :"je conseille d'utiliser seulement trois directions à la fois, et d'essayer d'isoler la case avec le numéro le plus haut dans un des angles du carré, cela permet de les regrouper ensemble et de s'approcher de la victoire."

Une aide précieuse: seulement 1% des 75 millions de parties jouées à "2048" ont été remportées.

mhm/fka/glr

PLUS:hp