NOUVELLES

Le débat des chefs vu par des jeunes

21/03/2014 09:27 EDT | Actualisé 21/05/2014 05:12 EDT

Des étudiants au programme du Baccalauréat international du Cégep Garneau étaient réunis, jeudi soir, pour écouter et analyser le débat des chefs. Aux yeux de plusieurs, Françoise David de Québec solidaire est celle qui s'est le plus illustrée dans les échanges.

Mathilde Duval-Laplante a apprécié le fait qu'il a beaucoup été question d'identité pendant le débat, mais pas « de façon positive » selon elle. L'étudiante a déploré l'attitude du chef libéral Philippe Couillard et son ton « populiste », brandissant la menace d'un référendum, tout en appréciant la façon dont Pauline Marois s'est défendue. « Mais je pense que la grande gagnante du débat des chefs c'est Mme David. Elle s'est démarquée, elle a eu des propos justes et une attitude très positive » affirme l'étudiante.

Antoine Godin-Landry partage aussi cet avis. « Selon moi, c'est madame David qui sort gagnante de ce débat-là, parce que les trois autres partis ont passé leur temps à s'insulter et à faire des attaques personnelles, déplore-t-il. Mme David, elle, a toujours gardé en tête que ce qu'elle venait promouvoir, c'était la plate-forme de Québec solidaire, elle a vraiment mis l'accent sur ces idées là. »

« Philippe Couillard était excellent ce soir, affirme Jonathan Blais. Là où je suis vraiment d'accord avec les libéraux, c'est sur la charte de la laïcité. Par contre, sur les autres dossiers, je suis davantage de tendance caquiste, admet-il en ajoutant que la performance de François Legault l'avait toutefois déçu. « Il n'a pas été assez intéressant, assez punché. »

Étudiant en histoire, Antoine Fortin s'est dit déçu de l'absence du chef d'Option nationale Sol Zanetti au débat. Il aurait aussi apprécié davantage de questions sur l'identité nationale. Selon lui, Philippe Couillard a mis en valeur « ses habiletés à patiner », en réagissant aux attaques de ses adversaires politiques. « Parfois il se perdait dans ses arguments et il a malheureusement donné une mauvaise image au parti libéral », dit-il.

Quant aux nombreux chiffres qui ont été avancés tout au long du débat de part et d'autre, les étudiants trouvent à l'unanimité que cette stratégie ne sert « qu'à perdre le monde » et que ça ne contribue pas à clarifier leur choix.

Mathilde Duval-Lalante croit pour sa part que le débat est un exercice important qui peut certainement contribuer à faire changer d'idée les électeurs indécis. « Ça renforce aussi nos idées. J'étais plus de tendance péquiste, mais je trouve que Québec solidaire ce soir m'a beaucoup inspirée », conclut-elle.

PLUS:rc