NOUVELLES

Censure de Twitter en Turquie: une importante vague de mobilisation se crée sur internet

21/03/2014 01:40 EDT | Actualisé 21/05/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
Members of the Turkish Youth Union hold cartoons depicting Turkey's Prime Minister Recep Tayyip Erdogan during a protest against a ban on Twitter, in Ankara, Turkey, Friday, March 21, 2014. Turkey's attempt to block access to Twitter appeared to backfire on Friday with many tech-savvy users circumventing the ban and suspicions growing that the prime minister was using court orders to suppress corruption allegations against him and his government. Cartoon in center reads: Erdogan, left, to his Ankara Mayor Melih Gokcek " we will rip out the roots of Twitter." Gokcek: "don't say it." (AP Photo/Burhan Ozbilici)

Le blocage de Twitter par les autorités d'Ankara a soulevé une importante vague de mobilisation sur internet, permettant aux internautes turcs de contourner la censure et exposant l'autoritarisme croissant du gouvernement, selon des experts.

Peu après l'annonce-choc du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan jeudi, le groupe Twitter lui-même a été un des premiers à contre-attaquer en publiant un message rappelant que ses services étaient accessibles en Turquie par SMS.

Des groupes d'activistes ont, eux, dévoilé des astuces permettant de modifier les réglages internes d'une connexion internet afin de continuer à s'exprimer en 140 caractères en dépit de l'interdiction gouvernementale.

Des entreprises ont également offert un accès gratuit à leur VPN, un réseau privé virtuel qui permet de brouiller les pistes en masquant la réelle localisation géographique des internautes.

"Les astuces pour contourner la censure se sont propagées comme une traînée de poudre", relève Philip Howard, qui dirige un centre sur l'activisme numérique --le Digital Activism Research Project- à l'Université de Washington.

Le succès ne s'est pas fait attendre. "Les gens ont commencé à contourner la censure petit à petit et ça c'est ensuite transformé en un véritable déluge", estime Zeynep Tufekci, une sociologue turque de l'Université de Caroline du Nord qui suit le mouvement en temps réel sur son blog.

Selon elle, les tweets publiés en Turquie ou écrits en turc ont même atteint des "niveaux proches de leur record" et la censure d'Ankara a fait la une de la Twittosphère.

- Stratégie contre-productive -

A travers le globe, les mots-clés #Turkey (Turquie en anglais) et #TurkeyBlockedTwitter se sont ainsi rapidement imposés comme les grandes tendances du jour sur le site.

"L'interdiction semble vaine et montre surtout à quel point la Turquie devient de plus en plus autoritaire", indique Jillian York de l'Electronic Frontier Foundation, un groupe de défense des libertés sur internet.

L'interdiction d'Ankara, qui souhaitait freiner le flux de vidéos sur un scandale de corruption dans le pays, semble de fait contre-productive.

"L'annonce de l'interdiction semble avoir poussé plus de Turcs à utiliser Twitter pour la première fois", estime ainsi Philip Howard, soulignant la mauvaise publicité faite au pays. "Cela a attiré l'attention de la planète tout entière sur la politique de plus en dure des autorités en matière de surveillance et de censure", poursuit-il

Depuis plusieurs mois, Ankara s'est engagé dans une offensive contre internet, qui a été utilisé à une très large échelle pour coordonner les mobilisations anti-gouvernementales du printemps dernier à Istanbul.

Le mois dernier, une nouvelle loi renforçant le contrôle d'internet a été promulguée et le Premier ministre turc a menacé de s'en prendre à YouTube et Facebook.

Fustigée à l'étranger, la nouvelle offensive gouvernementale été critiquée par le président turc Abdullah Gül lui-même... sur Twitter. "On ne peut pas approuver le blocage total des réseaux sociaux (...) j'espère que cette situation ne durera pas longtemps", a-t-il écrit sur son compte personnel.

Plusieurs experts lui ont fait écho. "La décision de bloquer Twitter, un moyen de communication majeur en Turquie, est une mesure d'une extrême gravité pour un gouvernement qui se dit démocratique", a estimé David Kramer, président de Freedom House, une organisation de défense de la démocratie.

Selon Emily Parker, auteur d'un ouvrage sur l'activisme numérique dans les régimes autoritaires, interdire Twitter dans un pays démocratique comme la Turquie est beaucoup plus compliqué que dans une dictature comme la Chine qui n'a jamais autorisé le réseau social américain.

"Twitter est déjà extrêmement populaire en Turquie où il a des millions d'utilisateurs. C'est compliqué pour les autorités de priver les gens de libertés sur internet dont ils ont joui par le passé", souligne Mme Parker, par ailleurs chercheur au centre de réflexion New America Foundation.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 30 premiers tweets de l'histoire