NOUVELLES

Vol MH370: les proches des Chinois disparus refusent d'abandonner tout espoir

20/03/2014 05:49 EDT | Actualisé 20/05/2014 05:12 EDT

Des proches de Chinois disparus à bord du Boeing de la Malaysia Airlines continuaient jeudi à se raccrocher à un espoir ténu, après l'annonce de la possible localisation de débris du vol MH370 à des centaines de kilomètres des côtes australiennes.

"J'espère que toutes les personnes qui avaient embarquées sont vivantes", a ainsi déclaré à l'AFP Wen Wancheng, dont le fils se trouvait à bord du Boeing.

"Mon fils est toujours en vie. Mon fils est toujours en vie", a répété le sexagénaire. "Je ne crois pas à ce que disent les nouvelles".

L'Australie a relancé jeudi l'enquête sur la disparition du vol MH370 en annonçant la détection de deux "objets" dans le sud de l'océan Indien, après bientôt deux semaines de fausses pistes et d'espoirs déçus.

Dans un hôtel de Pékin où séjournent les familles des disparus depuis douze jours, et où sont organisées des rencontres régulières avec des responsables de la Malaysia Airlines, cette nouvelle a été reçue avec des sentiments mitigés, sans alléger l'insupportable tension liée à l'attente.

"Nous attendons, nous continuons simplement à attendre, sans pouvoir répondre à ces informations sans avoir une confirmation", a confié Zhao Chunzeng, l'un de ces proches.

Des membres de ces familles ont affiché des messages manuscrits sur un panneau près de la salle où sont organisées les réunions d'information.

"Maman, Papa, je vous en prie, revenez sains et saufs à la maison", énonçait l'un de ces petits textes.

Mais d'autres proches de passagers manquants semblaient encore davantage abattus à la perspective que l'avion se soit abîmé en plein océan.

Se soutenant entre eux, ils se couvraient le visage ou fixaient le sol, sans parler.

"J'en ai assez d'entendre dire qu'il y a des informations nouvelles, pour qu'elles soient plus tard démenties", confiait un homme très irrité.

Les nouvelles en provenance d'Australie ont également déclenché un flux de réactions anxieuses voire paniquées sur un forum de discussion du réseau social WeChat utilisé par les familles.

Il y avait 153 Chinois à bord du Boeing 777 de la Malaysia Airlines quand il a disparu le 8 mars des écrans radars civils, une heure après son décollage de Kuala Lumpur.

Cet hôtel Lido, situé non loin de l'aéroport de Pékin où ne sont jamais arrivés les passagers, a été le théâtre mercredi d'éruptions de colère dirigées contre les officiels de la Malaysia Airlines et d'échanges houleux, tandis que beaucoup de familles sont à bout de nerfs.

nc-seb/jug/fw

PLUS:hp