NOUVELLES

Venezuela: le gouvernement Maduro emprisonne deux autres leaders de l'opposition

20/03/2014 09:11 EDT | Actualisé 20/05/2014 05:12 EDT

CARACAS, Venezuela - Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a eu recours aux pouvoirs militaire, législatif et judiciaire consolidés par 15 ans de règne socialiste pour porter une série de coups à ses opposants qui manifestent depuis plus d'un mois dans les rues, supprimant leurs barricades et jetant les dissidents en prison.

La journée de jeudi s'est terminée avec deux autres membres de l'opposition derrière les barreaux, dont l'un a écopé d'une peine d'emprisonnement de plus de 10 mois. Des démarches ont également été entreprises à l'Assemblée nationale pour dépouiller de son immunité une députée particulièrement critique à l'égard du gouvernement afin qu'elle puisse être traduite en justice.

Pendant des semaines, M. Maduro a prévenu ses adversaires qu'ils subiraient le même sort que Leopoldo Lopez, l'un des plus fervents détracteurs du gouvernement vénézuélien qui a été incarcéré relativement à des accusations découlant des manifestations du 12 février. Ces premiers rassemblements ont donné naissance à un mouvement de contestation qui a fait 28 morts jusqu'à présent, principalement après l'arrestation de M. Lopez.

Le maire de San Diego, Enzo Scarano, a été retiré de ses fonctions par la Cour suprême, arrêté et condamné à 10 mois et demi de prison le même jour pour avoir refusé d'obéir à un ordre du tribunal lui intimant de détruire les barricades érigées dans les rues de sa ville.

Daniel Ceballos, le maire de San Cristobal, a aussi été appréhendé pour rébellion et complot. Dans un discours prononcé le mois dernier, Nicolas Maduro avait affirmé que M. Ceballos rejoindrait bientôt Leopoldo Lopez dans «la même cellule glaciale» pour avoir favorisé la violence.

Mardi, l'Assemblée nationale vénézuélienne avait voté en faveur d'une procédure visant à supprimer l'immunité de la députée de l'opposition Maria Corina Machado afin de pouvoir déposer des accusations contre elle dans la foulée d'allégations selon lesquelles elle aurait essayé de déstabiliser le gouvernement.

Jeudi, le président a affirmé dans une longue allocution devant les dirigeants de son parti que son gouvernement continuerait à identifier et à neutraliser les ennemis du pays.

Les détracteurs de M. Maduro ont répliqué qu'ils ne se laisseraient pas intimider et qu'ils organiseraient d'autres manifestations.

La protestation s'est d'ailleurs poursuivie, jeudi, alors que la police a utilisé des grenades de gaz lacrymogène et des canons à eau pour mettre fin à un rassemblement de plusieurs milliers de personnes à Caracas. Certains des manifestants voulant dénoncer l'arrestation des deux maires ont lancé des projectiles sur l'escouade anti-émeute. Aucun blessé n'a été rapporté.

PLUS:pc