NOUVELLES

Pas de prestations de sécurité de vieillesse pour Valery Fabrikant

20/03/2014 10:52 EDT | Actualisé 20/05/2014 05:12 EDT
Agence QMI

La Cour suprême refuse d'entendre la demande de l'auteur de la tuerie de l'Université Concordia, qui souhaitait toucher ses prestations de sécurité de la vieillesse en prison.

Incarcéré pour une peine de prison à vie avec un minimum de 25 ans à purger, Valery Fabrikant considérait les prestations de sécurité de vieillesse comme un droit acquis.

Le gouvernement conservateur a abrogé ce privilège, mais selon les arguments de Valery Fabrikant, cette nouvelle loi ne devrait pas s'appliquer à lui parce qu'elle n'était pas encore en vigueur au moment de sa condamnation.

La Cour supérieure lui avait donné tort. Il s'était ensuite adressé à la plus haute instance judiciaire du pays pour faire valoir ses arguments. Dans une décision rendue publique jeudi, la Cour suprême a refusé d'entendre sa cause.

Depuis 2000, Valery Fabrikant est considéré plaideur quérulent par le système de justice. 

En février dernier, il a été débouté en Cour d'appel. Il devra rester derrière les barreaux sans possibilité de libération jusqu'en 2018 au moins.

L'ancien professeur de mathématiques a été condamné à la prison à vie pour le meurtre en 1992 de quatre collègues, qu'il accusait d'avoir volé le fruit de ses recherches. Sa poursuite au civil intentée contre des collègues a été rejetée en 2011.

Il a aussi interjeté appel à deux reprises pour sa condamnation, puis il a accumulé les plaintes, entre autres contre les journalistes du quotidien anglophone montréalais The Gazette pour diffamation.