NOUVELLES

Un faible huard nuit à l'économie davantage qu'il ne l'aide, selon un économiste

20/03/2014 03:28 EDT | Actualisé 20/05/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Un nouveau rapport de l'ancien analyste économique en chef de Statistique Canada contredit les idées reçues au sujet de l'impact des fluctuations du dollar canadien sur l'économie.

Dans une analyse pour l'Institut Fraser, Philip Cross affirme qu'un faible huard représente une perte nette pour l'économie canadienne, les impacts négatifs étant plus nombreux que les positifs.

Ce rapport a été rendu public alors que le dollar canadien continuait de baisser — il valait moins de 89 cents US jeudi après-midi — et que des économistes prévoyaient une poursuite de la chute de la devise lors des mois à venir.

M. Cross reconnaît que la faiblesse du huard profite aux fabricants qui expédient la majeure partie de leurs produits aux États-Unis, mais pas autant qu'on le prétend, dit-il.

Les exportateurs obtiennent peut-être davantage pour leurs produits aux États-Unis. En revanche, ils paient plus pour les importations de machinerie et de matériel, dont plus de la moitié vient de l'extérieur du pays.

Un huard volant à basse altitude aide les industries du secteur canadien des ressources parce qu'elles exportent davantage qu'elles n'importent. M. Cross croit cependant que la demande, et non la valeur de la devise, est le facteur clé dans ce secteur.

De leur côté, les Canadiens payent davantage pour leur essence parce que le pétrole est tarifé en dollars américains, tandis que le service de la dette coûte plus cher aux gouvernements.

PLUS:pc