NOUVELLES

La NSA accuse Edward Snowden d'avoir nui aux lanceurs d'alerte

20/03/2014 03:59 EDT | Actualisé 20/03/2014 03:59 EDT
ASSOCIATED PRESS
In this image made from video released by WikiLeaks on Friday, Oct. 11, 2013, former National Security Agency systems analyst Edward Snowden speaks during a presentation ceremony for the Sam Adams Award in Moscow, Russia. Should Snowden ever return to the U.S., he would face criminal charges for leaking information about NSA surveillance programs. But legal experts say a trial could expose more classified information as his lawyers try to build a case in an open court that the operations he exposed were illegal. (AP Photo)

Le directeur adjoint de l'Agence de renseignement américaine a accusé jeudi l'ancien consultant Edward Snowden d'avoir nui à la réputation des "lanceurs d'alerte légitimes" avec ses révélations sur les programmes de surveillance électronique des États-Unis.

"Identifier M. Snowden comme un lanceur d'alerte nuit aux activités légitimes des véritables lanceurs d'alerte", a affirmé Richard Ledgett lors d'une conférence TED à Vancouver, où l'ancien consultant de la NSA Edward Snowden s'était lui-même exprimé mardi par visioconférence.

Selon le responsable de la NSA, Edward Snowden n'a pas fait le bon choix en rendant publics les secrets de la NSA et en fuyant les Etats-Unis.

Il aurait pu faire part de ses inquiétudes à ses supérieurs, à la justice ou à des commissions du Congrès, a-t-il déclaré par visioconférence également.

"Il avait le choix", a-t-il estimé. "Dire de lui qu'il a sonné l'alarme nuit à ceux dont le travail légitime consiste justement à dénoncer des abus", a-t-il ajouté.

Edward Snowden, inculpé aux Etats-Unis pour espionnage et aujourd'hui réfugié à Moscou, a souvent dit qu'il avait approché ses supérieurs pour leur faire part en vain de ses inquiétudes. Au Congrès, il aurait couru le risque de se retrouver "enterré avec ses informations", s'est-il justifié à Vancouver.

Mardi, Edward Snowden a promis de faire de nouvelles révélations embarrassantes sur les programmes d'interception des communications et d'espionnage électronique de la NSA, affirmant que les "choses les plus importantes n'avaient toujours pas été révélées".

INOLTRE SU HUFFPOST

Les détournements de l'affaire PRISM