NOUVELLES

L'OCDE veut préciser le statut des fédérations sportives pour combattre la corruption

20/03/2014 12:21 EDT | Actualisé 20/05/2014 05:12 EDT

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) est favorable à une clarification du statut juridique des fédérations internationales sportives afin de combattre efficacement toute corruption éventuelle.

"Les fédérations internationales sont à la fois le problème principal et une partie de la solution", a souligné Nicola Bonucci, le directeur des Affaires juridiques de l'OCDE lors d'une table-ronde organisée jeudi à Paris.

"Elles se trouvent dans une zone grise du point de vue juridique, n'étant ni des ONG ni des instances internationales, et de ce fait ne sont soumises à aucune règle de transparence", a-t-il expliqué.

"Nous allons faire face à beaucoup d'oppositions", a prévenu Nicola Bonucci, évoquant "la fable de ces organisations supposées non lucratives qui en réalité brassent beaucoup d'argent".

"Il y a beaucoup de contradictions au niveau de la juridiction", a confirmé Mark Pieth, le président de la commission indépendante de gouvernance de la Fifa.

Selon lui, "une approche harmonisée nous permettrait de mettre en place de vraies sanctions, quand la punition maximale se résume actuellement à une radiation à vie de toute activité liée au sport" pour les membres de fédération reconnus coupables de faits de corruption.

"Pour poursuivre efficacement les fautifs, dans l'idéal, on aurait des réseaux nationaux collaborant entre eux plutôt qu'une instance supranationale, utopique pour l'instant", a-t-il déclaré.

Ce que l'OCDE résume par "l'émergence d'un système de prévention et de détection doté de moyens pour mener des enquêtes et appliquer des sanctions".

D'un point de vue général, Cobus de Swardt, directeur de Transparency International, a rappelé que "combattre la corruption autour des grands évènements sportifs ne peut pas être séparé de la lutte en faveur des droits de l'Homme et du travail, de l'environnement, et du reste des problèmes locaux".

"La solution ne peut pas être timorée et l'OCDE a un rôle majeur à jouer", a-t-il affirmé.

"L'OCDE ne peut pas y arriver toute seule, c'est pour quoi une action coordonnée est nécessaire", a renchéri Nicola Bonucci, estimant que "des pressions internes et externes sur les fédérations" sont nécessaires.

La corruption pouvant intervenir à plusieurs niveaux sur ce type de compétition (billetterie, merchandising, sponsoring, construction et l'équipement des sites), l'organisation propose que soit facilité le transfert d'expériences entre anciens et futurs organisateurs.

smr/bpi/pgr/sk

PLUS:hp