NOUVELLES

Harper amorce un voyage centrée sur la crise en Ukraine

20/03/2014 07:19 EDT | Actualisé 20/05/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
Canadian Prime Minister Stephen Harper attends a joint press conference with Palestinian President Mahmoud Abbas, at Abbas's headquarters, in the West Bank city of Ramallah, Monday, Jan. 20, 2014. (AP Photo/Nasser Nasser)

OTTAWA - Le premier ministre Stephen Harper quitte vendredi matin pour l'Ukraine, à titre de premier dirigeant du G7 à visiter ce pays depuis que des manifestations pro-Occident ont chassé le gouvernement en place le mois dernier.

M. Harper, accompagné lors de ce voyage du ministre des Affaires étrangères, John Baird, doit notamment rencontrer à Kiev le nouveau premier ministre pour offrir le soutien du Canada aux Ukrainiens.

Il s'agit d'un court séjour en Ukraine - M. Harper y passera seulement quelques heures après s'être envolé à Kiev à partir des Pays-Bas. Il a lieu quelques jours avant une rencontre d'urgence des pays du G7 au cours de laquelle le premier ministre devrait plaider pour un front uni et musclé contre Moscou.

Les pays du G7 tiennent une rencontre extraordinaire sur la crise en Ukraine en marge du Sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye, qui se tient lundi et mardi.

M. Harper, l'un des dirigeants les plus expérimentés du G7, risque fort d'avoir une oreille attentive de ses homologues étant donné ses mises en garde persistantes contre le président russe Vladimir Poutine, a fait valoir un expert des politiques étrangères.

L'imposante communauté ukrainienne de 1,2 million de personnes au Canada accorde aussi au pays de la crédibilité sur la crise qui sévit, a dit Fen Hampson, directeur du Centre for International Governance Innovation de Waterloo, en Ontario.

Les troupes russes ont occupé des bases militaires dans la péninsule de Crimée il y a trois semaines, dans un geste largement condamné comme une violation illégale de l'intégrité territoriale ukrainienne. Le Kremlin a depuis ce temps annoncé officiellement l'annexion de la Crimée par la Russie.

INOLTRE SU HUFFPOST

Référendum en Crimée