NOUVELLES

Deuxième débat: Françoise David pense avoir dissipé l'effet surprise

20/03/2014 11:21 EDT | Actualisé 20/05/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Françoise David espère que son deuxième débat des chefs lui a permis de dissiper l'effet surprise de 2012 et que les électeurs auront, cette fois-ci, été en mesure de retenir les idées et orientations de Québec solidaire (QS).

«La dernière fois, j'avais créé l'effet surprise, mais peu de gens se rappelaient de ce que j'avais présenté et dit, a expliqué jeudi soir la candidate solidaire dans Gouin. J'espère que les gens ont écouté ce que j'ai dit.»

Alors que les échanges ont parfois semé la confusion puisque plusieurs chefs s'exprimaient en même temps, Mme David a constamment utilisé un ton calme et posé, ce qui, selon elle, lui a permis de se démarquer.

«Dans les trois cas (avec Pauline Marois, Philippe Couillard et François Legault), je crois avoir été respectueuse, et, dans les trois cas, c'est le traitement que j'ai reçu de tout le monde également.»

La coporte-parole de QS croit avoir été en mesure de mettre cartes sur table en ce qui a trait aux orientations de la formation politique.

«Pour Québec solidaire, l'avenir économique de la province n'est pas dans le pétrole, a rappelé Mme David. Il est dans l'innovation, les énergies vertes, etc.»

Elle croit également avoir été en mesure de démontrer que QS était la solution de rechange à trois formations qui se ressemblent beaucoup, selon elle.

«Sauf pour la question nationale, ils ont tellement de points en commun, a déploré Mme David. Ils ne veulent pas aller chercher de nouveaux revenus par exemple. Taxer les banques, ça serait une hérésie selon eux. Pas pour moi.»

Par ailleurs, contrairement à la chef péquiste Pauline Marois, qui s'engage à tenir un référendum sur la souveraineté lorsque les Québécois «seront prêts», les intentions de QS sont claires, estime Mme David.

«Ce soir, je pense que bien des gens ont compris qu'il y avait une souverainiste qui osait dire que dès un premier mandat elle consulterait la population, a-t-elle affirmé. C'est moi ça.»

Quant à savoir si les péquistes plus à gauche pourraient voter pour QS depuis l'arrivée de Pierre Karl Péladeau au sein du parti dirigé par Pauline Marois, Mme David n'a pas voulu s'avancer sur la question.

PLUS:pc