NOUVELLES

USA: la Fed va clarifier ses intentions sous la houlette de Janet Yellen

19/03/2014 01:45 EDT | Actualisé 18/05/2014 05:12 EDT

La banque centrale américaine (Fed) doit maintenir le cap de la réduction de son soutien à la reprise mais pourrait clarifier mercredi les intentions de sa politique monétaire sous la houlette de sa nouvelle présidente Janet Yellen.

A l'issue d'une réunion de deux jours, le Comité de politique monétaire (FOMC) doit rendre sa décision publique sur les taux et les achats d'actifs dans un communiqué mercredi à 18H00 GMT. Il publiera également la révision trimestrielle de ses prévisions économiques.

Les analystes s'attendent à ce que la Fed continue de réduire de 10 milliards de dollars, à 55 milliards, ses achats mensuels d'obligations destinés à soutenir la reprise et peser à la baisse sur les taux d'intérêt. A ce rythme, la Fed sortira de sa campagne d'assouplissement monétaire exceptionnel à l'automne.

Les taux directeurs quant à eux doivent rester proches de zéro comme ils le sont depuis cinq ans.

Avec une inflation basse (1,2% sur un an) et une reprise économique qui a été entamée par le mauvais temps sur les trois derniers mois, "la politique de conserver des taux bas pour une période prolongée demeure logique", notait Joel Naroff, économiste indépendant.

Le dernier Livre Beige de la Fed a semblé confirmer que l'activité décevante des derniers mois n'était que temporaire, ce rapport désignant pas moins de 119 fois le mauvais temps comme responsable du ralentissement.

Selon une enquête de Barclays Research, une majorité d'investisseurs ne s'attendent pas à un relèvement des taux avant la mi-2015.

Dirigeant pour la première fois une réunion du FOMC, la présidente de la Fed Janet Yellen pourrait soutenir une réforme du message d'orientation monétaire, estiment la plupart des analystes.

Ils s'attendent à ce que la Banque centrale abandonne sa référence chiffrée au taux de chômage comme signal d'un éventuel relèvement des taux.

- Crise en Ukraine -

Mme Yellen peut aussi attendre que les nouveaux gouverneurs --notamment son futur numéro deux, l'économiste respecté Stanley Fischer en attente d'être confirmé par le Sénat--, rejoignent le directoire avant de prendre une telle décision. Elle doit tenir sa première conférence de presse à 18H30 GMT.

Elle pourrait être interrogée sur les risques financiers posés par la crise en Ukraine. "Les conséquences sont minces pour l'instant mais les tensions géopolitiques sont fortes", commentait Jim O'Sullivan, de High Frequency Economics, ajoutant qu'un impact sur l'économie américaine n'était pas exclu via "une contagion financière et un effet sur la confiance".

Depuis plus d'un an, le FOMC a explicitement promis une stabilité du taux directeur au niveau historiquement bas tant que le chômage serait supérieur à 6,5%. Mais avec un taux de chômage à 6,7% en février et alors que, selon les mots de Mme Yellen, la reprise du marché de l'emploi "est loin d'être complète", ce seuil semble désormais caduc.

La Fed n'a d'ailleurs cessé de promettre parallèlement que les taux resteraient proches de zéro "bien après" la baisse du taux du chômage sous les 6,5%.

"Les responsables monétaires vont lâcher ces références chiffrées du chômage et de l'inflation", assurait Joseph LaVorgna, économiste pour Deutsche Bank qui prévoit que la Fed "scrutera désormais un large éventail d'indicateurs" reflétant mieux l'état du marché du travail.

Ce message devenant "plus qualitatif que quantitatif", selon l'analyste de DB, risque toutefois d'être aussi "plus vague et plus compliqué", promettait Paul Ashworth de Capital Economics.

Les chiffres des créations d'emplois, du taux d'embauche et du taux d'abandon de recherche d'emploi compilés par le ministère du Travail pourraient devenir, avec l'indicateur classique du taux de chômage, de nouveaux baromètres officiels pour juger de l'état réel de l'emploi dans le pays. L'objectif du plein emploi est un des mandats de la Fed.

Les prévisions économiques de l'institution devraient montrer peu de changement par rapport à celles publiées en janvier, estime Jens Nordvig, économiste pour Nomura Global FX Research. Après l'hiver rigoureux qu'a connu le pays, il prévoit une révision "marginale" en baisse de la croissance pour 2014 (qui était attendue en janvier entre 2,8% à 3,2%).

vmt/sl/are/mpd

PLUS:hp