NOUVELLES

Un tribunal japonais juge qu'un migrant ghanéen est mort en 2010 à cause de mauvais traitements

19/03/2014 03:47 EDT | Actualisé 18/05/2014 05:12 EDT

Un tribunal japonais a reconnu mercredi que des agents de l'immigration avaient provoqué la mort d'un immigrant ghanéen menotté et baillonné au cours d'une expulsion en mars 2010.

Le tribunal de Tokyo, qui a accordé un dédommagement de 5 millions de yens (36.000 euros) à la veuve, a estimé que Abubakar Awudu Suraj, 45 ans, était mort des suites de ces mauvais traitements à l'aéroport de Tokyo Narita alors qu'il devait être embarqué de force dans un vol en partance pour Le Caire.

Selon l'agence de presse Jiji, le Ghanéen est mort asphyxié.

"Des agents de l'immigration l'ont neutralisé de façon inappropriée et excessive, au-delà du nécessaire, et de façon illégale", a déclaré le président du tribunal, Hisaki Kobayashi, cité par Jiji.

"J'ai moins de ressentiment après ce jugement", a déclaré à la presse la veuve japonaise d'Abubakar Awudu Suraj.

Le Japon est épinglé depuis des années par des militants des droits de l'homme, des avocats et des associations de migrants pour les mauvais traitements et les conditions de vie dans des centres de détention pour les migrants illégaux en voie d'expulsion.

oh/jlh/kap/ml

PLUS:hp