NOUVELLES

Ukraine: Bruxelles souhaite négocier une réforme des prix de l'énergie

19/03/2014 08:43 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

La Commission européenne souhaite que l'Ukraine s'engage dans une réforme des prix de l'électricité, massivement subventionnés, et lutte activement contre la corruption en échange d'une aide financière de 1,6 milliard d'euros faisant partie du vaste plan annoncé début mars.

L'exécutif européen a détaillé mercredi l'aide d'urgence qu'elle entend apporter à Kiev, dans le cadre du plan d'aide d'au moins 11 milliards d'euros promis il y a deux semaines.

Il entend verser 1 milliard d'euros, en plus des 610 millions d'euros promis de longue date dans le cadre de l'accord d'association.

Ces sommes serviront principalement à apporter une aide urgente à l'Ukraine qui "fait face à une très nette dégradation de sa balance des paiements et de sa situation budgétaire", explique un communiqué de la Commission.

Environ 600 millions d'euros seront versés très rapidement --dès le feu vert du Fonds monétaire international (FMI)-- , l'autre partie dans le courant de l'année, a précisé la Commission.

"C'est une réponse immédiate et concrète aux difficultés financières de l'Ukraine", a souligné mercredi Olli Rehn, le commissaire européen en charge des Affaires économiques au cours d'un point de presse.

En échange de cette aide, Bruxelles attend de l'Ukraine un ensemble de réformes sur le plan économique.

"Une réforme du système de prix de l'électricité et de l'énergie" en fait partie, a affirmé M. Rehn, rappelant que le secteur est "massivement subventionné (par l'Etat), ce qui a un poids conséquent sur les finances publiques".

"Dans le même temps, nous savons qu'une telle réforme aurait des conséquences sociales et politiques" importantes, a-t-il reconnu, évoquant la nécessité de soutenir les populations les plus en difficulté.

Une mission d'experts de la Commission va se rendre très prochainement à Kiev et évoquera cette question, a annoncé le commissaire européen. "C'est une question qui fera partie des négociations entre le gouvernement ukrainien et la Commission européenne", a-t-il indiqué.

En outre, Kiev doit activement lutter contre la corruption, estime la Commission, un geste que "les Ukrainiens appellent de leur voeux", a indiqué M. Rehn.

may/cel/ros

PLUS:hp