NOUVELLES

Reeva Steenkamp était debout quand elle a été abattue, dit un expert

19/03/2014 08:55 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

PRETORIA, Afrique du Sud - La petite amie d'Oscar Pistorius, Reeva Steenkamp, était debout et face à la porte de la salle de bain quand elle a été atteinte à la hanche droite par la première des quatre balles tirées par le champion paralympique, a témoigné mercredi un officier de balistique de la police.

Mme Steenkamp est ensuite tombée vers l'arrière avant d'être touchée au bras droit et à la tête par les deux derniers projectiles de calibre 9mm tirés à travers la porte. Elle avait à ce moment placé ses bras autour de sa tête pour tenter de se protéger, a dit le capitaine Christiaan Mangena.

Il a témoigné que, selon lui, la deuxième balle a raté Mme Steenkamp et qu'elle s'est désintégrée après avoir frappé un mur.

Son analyse de la scène et des blessures subies par Mme Steenkamp le porte à conclure qu'une balle a traversé la main gauche de la jeune femme, qu'elle tenait au-dessus de sa tête, avant de perforer son crâne.

Le policier a dit être incapable de déterminer dans quel ordre les deux derniers coups ont été tirés.

M. Mangena a placé ses bras autour de sa tête, pour reproduire les gestes de Mme Steenkamp, et a décrit les détails des blessures à la tête. Pistorius a alors enfoncé ses doigts dans ses oreilles, comme s'il cherchait à ne pas entendre le témoignage.

La mère de Reeva Steenkamp, June, était dans la salle d'audience, et elle a jeté des coups d'oeil en direction des photos de la scène ensanglantée.

M. Mangena a expliqué que la balle qui a frappé Mme Steenkamp à la tête s'est brisée en deux, dont un fragment qui est ressorti pour aller frapper le mur derrière elle. La première balle lui avait fracturé la hanche droite.

«À mon avis, après cette blessure, elle s'est effondrée immédiatement», a-t-il expliqué à la juge. Mme Steenkamp a alors glissé en position «assise ou semi-assise» sur le porte-revues de la salle de bain, où elle a été atteinte deux autres fois.

Pistorius utilisait des balles à pointe creuse, qui sont conçues pour infliger un maximum de dommages.

«(La balle) frappe la cible, elle s'ouvre, ça devient six serres, et ces serres sont acérées, a dit M. Mangena. Ça découpe les organes d'un être humain.»

L'athlète de 27 ans est accusé du meurtre prémédité de sa petite amie. Il prétend depuis le début qu'il croyait avoir affaire à un cambrioleur quand il a ouvert le feu.

M. Mangena est d'avis que Pistorius se tenait sur ses moignons quand il a tiré, ce qui correspond à la version de l'athlète qui affirme qu'il ne portait pas ses prothèses à ce moment.

Le procès a été ajourné jusqu'à lundi à la demande du procureur Gerrie Nel, qui souhaitait avoir plus de temps pour consulter son prochain témoin. Me Nel prévoit clore ses arguments la semaine prochaine, après avoir appelé quatre ou cinq autres personnes à la barre des témoins.

PLUS:pc