NOUVELLES

Nucléaire iranien: Moscou avertit que la Crimée pourrait influer sur sa position

19/03/2014 10:24 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

La Russie a averti mercredi soir que les pressions européennes et américaines à propos du rattachement de la Crimée pourraient influer sur sa position dans le cadre des discussions sur le nucléaire iranien.

"Nous ne voudrions pas utiliser ces discussions comme un élément dans un jeu de surenchères prenant en compte les humeurs dans diverses capitales européennes, à Bruxelles et à Washington", a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov à l'agence Interfax.

"Si nous y sommes contraints, nous emprunterons ici le chemin des représailles, parce que (...) la valeur historique de ce qui ce qui s'est passé ces derniers mois et ces derniers jours du point de vue du rétablissement de la justice historique, et la réunion de la de la Crimée et de la Russie sont incomparables avec ce que nous faisons" sur l'Iran, a-t-il dit.

"En dernier ressort, le choix et la décision reviennent à nos collègues de Washington et Bruxelles", a-t-il affirmé. "L'issue positive de ces discussions dépend d'eux, de même que le fait de savoir si nous prendrons ou non le chemin de représailles", a-t-il ajouté.

"Le choix leur revient entièrement, pas à nous", a-t-il conclu.

M. Ryabkov s'exprimait à Vienne, où se déroulent actuellement les négociations entre les grandes puissances et l'Iran, qui se sont félicité mercredi de nouvelles discussions "utiles".

"Nous avons eu des discussions substantielles et utiles", a assuré le chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, qui mène la négociation au nom du 5+1 (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) face à Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères.

am/glr/abl

PLUS:hp