NOUVELLES

« Une unité de soins palliatifs à Lévis, c'est primordial »

19/03/2014 08:10 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

Les services pour les patients en phase terminale sont nettement insuffisants à l'Hôtel-Dieu de Lévis, déplorent des familles et des médecins. Ils réclament la création d'une unité de soins palliatifs pour permettre aux patients en fin de vie de mourir dans la dignité.

Ce genre d'unité n'existe pas à l'heure actuelle à l'Hôtel-Dieu de Lévis. Il n'est donc pas rare de voir des mourants rendre l'âme dans des chambres à plusieurs patients ou carrément dans un corridor de l'urgence.

C'est le cas de la mère de Christiane Bélanger qui est décédée à l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Lévis il y a trois ans. « J'aurais aimé pouvoir être dans une chambre, une place où j'aurais pu être seule une dernière fois avec ma mère. On voulait avoir un moment avec elle, il n'y avait aucune intimité », déplore-t-elle.

La Maison du Littoral à Lévis, l'équivalent de la Maison Michel-Sarrazin à Québec, offre un environnement calme et serein aux patients en fin de vie, mais elle ne peut répondre à tous les besoins avec seulement neuf lits. Certains cas sont aussi trop lourds ou complexes pour séjourner dans ce genre d'établissement.

Au total, il existe18 lits en soins palliatifs dans différents établissements à Lévis alors qu'il en faudrait 28 pour répondre aux besoins, constate le Dr Luc-Aurèle Loiselle. Le chef des soins palliatifs à l'Hôtel-Dieu ne comprend pas pourquoi les hôpitaux affiliés à l'Université Laval ont tous des unités de soins palliatifs à Québec, alors qu'il n'y en a pas à Lévis.

« Actuellement, on entend beaucoup parler d'aide médicale à mourir, constate le Dr Loiselle. Avant d'offrir une solution ultime et irrémédiable, on devrait commencer par offrir la base et donner à ces patients-là les ressources et l'environnement dont ils ont besoin pour compléter leur dernier espace-temps. »

Une pétition circule actuellement pour inciter la direction de l'Hôtel-Dieu à créer une unité de soins palliatifs. Plus de 600 membres du personnel de l'hôpital l'ont déjà signée.

La direction de l'établissement affirme de son côté que ce besoin a été identifié et qu'un groupe de travail a été formé pour améliorer les soins palliatifs.

D'après les informations de Jean-François Nadeau

PLUS:rc