NOUVELLES

Les Blue Jackets s'amènent à Montréal avec leurs bottes de travail

19/03/2014 06:28 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Les Blue Jackets de Columbus vont se présenter au Centre Bell avec leurs bottes de travail, jeudi, eux qui se retrouvent au plus fort de la lutte pour l'obtention d'une place en séries éliminatoires dans l'Est.

Avec 76 points, les Blue Jackets occupent le huitième rang de l'association, à égalité avec les Capitals de Washington, mais avec deux matchs de priorité. Dans la section Métropolitaine, ils ne sont qu'à deux points des Rangers de New York, détenteurs de la troisième place, avec également deux matchs en main.

«Ça va être une fin de saison super le 'fun', a affirmé le défenseur David Savard, mercredi, à l'arrivée de l'équipe à Montréal. C'est sûr que nous aimerions être plus haut au classement, mais nous sommes heureux d'être là où nous sommes. Nous nous retrouvons en excellente position et nous avons notre destin entre les mains.»

Les Blue Jackets tentent d'accéder aux séries pour la deuxième fois seulement en 14 saisons dans la LNH. Leur unique présence remonte au printemps de 2009. Cette année-là, ils avaient été balayés en quatre matchs par les Red Wings de Detroit dès le premier tour.

Les Jackets tiennent le cap depuis le départ de l'attaquant vedette Marian Gaborik, échangé aux Kings de Los Angeles à la date limite des transactions. Ils ont remporté trois de leurs six matchs.

«Un joueur de la trempe de Gaborik nous manque c'est sûr, mais il avait raté une grande partie de la saison en raison de blessures de toute façon», a relevé le hockeyeur de Saint-Hyacinthe.

«D'autres ont pris la relève, a-t-il continué. Il y a Nathan Horton qui est revenu au jeu et qui retrouve graduellement sa forme de match. Un jeune comme Boone Jenner a plus de temps de glace.

«Nous ne sommes pas une super puissance à l'attaque, tout le monde doit se serrer les coudes. Nos succès reposent sur l'effort collectif. Nous devons être une équipe coriace, difficile à affronter. Nous mettons l'accent sur le jeu physique et l'échec-avant, pas sur la finesse. C'est l'identité que nous devrons avoir comme groupe d'ici à la fin de la saison.»

Bobrovski, le sauveur

Le facteur le plus important sera le rendement du gardien Sergei Bobrovski, qui est indéniablement le joueur par excellence des Jackets, selon Savard, qui a gagné la confiance de l'entraîneur Todd Richards cette saison.

«Il nous sauve un million de fois par match!, a-t-il lancé. S'il n'est pas actuellement le meilleur gardien de la ligue, il n'est pas loin. C'est un des meilleurs en tout cas.»

Patrick Roy affirmait lundi que pour participer aux séries une équipe doit miser sur un gardien qui affiche un taux d'efficacité tirs-arrêts de 92 pour cent. Or, le taux de Bobrovski s'élève à 91,9 pour cent, avec un dossier de 26-17-4.

«Grâce à lui, nous sommes toujours dans le coup, avance Savard. Nous ne possédons pas le 'punch' à l'attaque pour gagner un match 6-4, mais il nous permet de gagner 3-2 ou 2-1.»

Le jeune Ryan Johansen, âgé de 21 ans seulement, est le meilleur marqueur de l'équipe, avec 51 points (26 buts).

Le Canadien a remporté les deux premiers affrontements de la saison face aux Blue Jackets: 5-3 au Centre Bell, le 17 octobre, et 3-2 aux tirs de barrage à Columbus, le 15 novembre. C'est le match qui a relancé David Desharnais, auteur du but décisif en fusillade.

PLUS:pc