NOUVELLES

L'ancienne première ministre bangladaise est accusée de corruption

19/03/2014 12:49 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

DACCA, Bangladesh - L'ancienne première ministre bangladaise Khaleda Zia et d'autres leaders de l'opposition ont été formellement accusés de corruption, mercredi.

Mme Zia était présente dans la salle d'audience pour entendre le dépôt des accusations.

On lui reproche notamment d'avoir eu recours à un fonds illégal pour acheter des terrains pour une organisation caritative qui porte le nom de feu son mari, l'ancien président Ziaur Rahman.

L'avocat de Mme Zia, Khandkern Mahbub Uddin, a nié que sa cliente ait illégalement recolté 1 million $ US en dons pour cette organisation.

Parmi les autres personnes mises en accusation mercredi on retrouve le fils aîné de Mme Zia, Tarique Rahman, qui devrait éventuellement prendre sa place à la tête du Parti nationaliste du Bangladesh et assurer la survie d'une dynastie politique aux racines profondes. M. Rahman habite Londres.

Les autres accusés sont des hommes d'affaires ou des membres du personnel de Mme Zia, qui prétend que les accusations sont motivées politiquement.

L'audience de mercredi s'est déroulée dans le chaos le plus complet. Le juge a quitté le tribunal à deux reprises quand les avocats de la défense et les procureurs se sont mis à crier.

Mme Zia et ses alliés ont boycotté le scrutin du 5 janvier qui a reporté au pouvoir la première ministre Sheikh Hasina.

PLUS:pc