NOUVELLES

La seule façon d'avoir une charte est de voter PQ, rappelle Drainville

19/03/2014 11:35 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - «Plus que jamais», les Québécois veulent la charte des valeurs et la seule façon de l'obtenir, c'est de voter majoritairement pour un gouvernement du Parti québécois.

C'est le message qu'a martelé mercredi le ministre sortant des Institutions démocratiques, Bernard Drainville, candidat dans Marie-Victorin, à l'occasion d'une rencontre avec la presse, en cette veille de débat des chefs.

M. Drainville a insisté sur le fait que pour obtenir cette charte, tant souhaitée selon lui, il fallait toutefois un gouvernement du PQ qui soit majoritaire.

Le candidat péquiste a aussi reproché au chef libéral Philippe Couillard d'être «sous Jean Charest», parce que sa position face au port de signes religieux va moins loin que celle du gouvernement Charest, qui avait envisagé d'interdire le port du niqab et de la burqa pour dispenser et recevoir des services publics.

«Avec Philippe Couillard, ça va être encore le bar ouvert!» en matière de port de signes religieux pour les employés de l'État, s'est exclamé M. Drainville, rappelant que le chef libéral veut «déchirer la charte».

La candidate péquiste Yasmina Chouakri, dans Anjou_Louis-Riel, a raconté avoir rencontré plusieurs personnes qui sont en faveur de la charte mais qui n'osent pas le dire ouvertement, de crainte de se faire taxer de xénophobie ou d'islamophobie.

«On a comparé la charte à Poutine, à Franco, à Le Pen. (...) Alors on peut comprendre que les gens, voyant ce matraquage anti-charte, par certains commentateurs, finissent par se dire 'mon dieu, est-ce que j'ai raison d'appuyer la charte? Est-ce que je suis une bonne personne?' Et bien oui, vous êtes une bonne personne madame, monsieur, vous faites partie de la majorité qui veut une charte», a défendu M. Drainville.

Le candidat péquiste de Marie-Victorin a nié que sa sortie en faveur de la charte des valeurs et de la laïcité survienne à ce moment-ci à cause du dernier sondage qui a placé le Parti libéral en avance sur le Parti québécois pour la première fois depuis le début de la campagne électorale.

Il a assuré qu'il était déjà prévu au plan de campagne qu'il parle de la charte au 15e jour de la campagne, après avoir visité 15 circonscriptions du Québec _ qu'il a d'ailleurs énumérées en conférence de presse.

Par ailleurs, il a répété qu'il était prêt à «améliorer» la charte, si le PQ reprend le pouvoir, mais sans en changer les fondements. Il a réitéré son ouverture à établir un centre d'étude sur l'intégrisme _ une suggestion de l'ex-députée libérale aujourd'hui candidate indépendante Fatima Houda-Pepin.

Il a aussi rappelé que la charte ne s'appliquerait qu'aux employés de l'État, pas au secteur privé. Sa section sur les accommodements religieux viserait tous les secteurs, en vertu de l'égalité homme-femme, mais sa section sur la neutralité de l'État ne vise pas les entreprises privées, a-t-il souligné.

PLUS:pc