NOUVELLES

La rivalité Dodgers-Diamondbacks renaîtra rapidement en 2014 en Australie

19/03/2014 09:48 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

SYDNEY - Les suspensions décernées à huit joueurs et un incident survenu dans la piscine lors du match déterminant de la série de section ouest de la Ligue nationale la saison dernière a attisé une rivalité grandissante entre les Dodgers de Los Angeles et les Diamondbacks de l'Arizona.

Le gérant des Dodgers Don Mattingly a toutefois indiqué qu'il ne s'attendait pas à ce que l'animosité de l'an dernier entre les deux équipes se poursuive en lever de rideau de la saison 2014 des Ligues majeures samedi et dimanche au Terrain de criquet de Sydney (TCS).

Les suspensions ont été décernées après une mêlée générale en juin dernier, et cet incident aurait été le point tournant de la saison des Dodgers, qui ont ensuite accédé à la série de championnat de sections. Puis, lorsque les Dodgers ont remporté le titre de section en Arizona, ils ont frustré de nombreux joueurs des Diamondbacks en célébrant leur conquête dans la piscine située derrière la clôture extérieure du Chase Field.

«Kirk (Gibson, le gérant des Diamondbacks) en a parlé un peu hier, a dit Mattingly. C'est une rivalité lorsque tu affrontes la même équipe 19 fois par saison, dans ta propre section. Ces matchs sont très animés.

«Je ne crois pas qu'il y aura (des problèmes)... enfin peut-être que oui. Ces gars-là jouent avec intensité, et ils sont durs. Ce qui s'est produit l'an dernier est derrière nous, et nous devons regarder vers l'avant et jouer.»

Gibson était ambivalent lorsqu'on l'a interrogé sur la rivalité grandissante entre les deux équipes mardi, préférant parler de l'Australie comme du lieu de sa lune de miel en 1985 «et ç'a assez bien marché, alors j'espère que ce sera encore le cas. Nous sommes prêts.»

Mattingly a ajouté que les gens n'associent pas le baseball à un sport violent «comme c'est le cas au football, au hockey ou, ici, au rugby».

«Le baseball est un sport très dur mentalement, a-t-il expliqué. À chaque soir on joue, on voyage, on arrive à l'hôtel très tard, et on doit composer avec une multitude d'imprévus.»

Et il estime que les Dodgers ont la couenne dure.

«Nous croyons être coriaces, a dit Mattingly. Nous tirions de l'arrière par 10 matchs à un certain moment, avons effacé ce déficit et remporté notre section par 10 ou 11. Quand on aime un sport, c'est plus facile de le pratiquer. Je crois que nos joueurs aiment le pratiquer.»

Mattingly a désigné le premier but Paul Goldschmidt comme symbole de la robustesse des Diamondbacks.

«Il est en quelque sorte une bête, c'est difficile de négocier avec lui, de lui lancer la balle lorsqu'il est au bâton, a commenté Mattingly. Il nous a vraiment fait mal. Il est coriace, et il le sera encore davantage. Nous avons beaucoup de respect pour lui.»

Les deux équipes se sont entraînées mercredi, et quelques membres des Dodgers se sonts rendus à la plage de Bondi pour prêter main forte aux sauveteurs locaux. Le partant lors du premier match, Clayton Kershaw, a fêté son 26e anniversaire mercredi. Il a été photographié avec sa femme alors qu'ils nourissaient un kangourou et a reçu un gâteau de fête au TCS.

Jeudi, les Dodgers affronteront l'équipe nationale australienne dans un match préparatoire. Ce sera au tour des Diamondbacks de croiser le fer avec elle vendredi.

PLUS:pc