NOUVELLES

La Garde côtière envoie d'autres brise-glace dans la Voie maritime

19/03/2014 02:47 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

La Garde côtière canadienne a indiqué mercredi qu'elle envoie davantage de brise-glace pour aider à dégager le passage dans les Grands Lacs et la Voie maritime du Saint-Laurent.

Évoquant les pires conditions de glace en 20 ans, la Garde côtière a affirmé qu'il est trop tôt pour déterminer à quel moment les navires de transport du grain et d'autres produits de base seront en mesure de traverser les corridors commerciaux habituels.

La Voie maritime doit ouvrir officiellement entre le lac Ontario et Montréal le 31 mars, mais les autorités ont fait état de conditions extrêmes de glace à l'ouest de ce secteur.

Le commissaire adjoint, Mario Pelletier, a affirmé que deux brise-glace additionnels et un aéroglisseur aideront au déglaçage à partir du début de la semaine prochaine.

L'Association des constructeurs de navire canadiens avait déploré mardi qu'un manque de brise-glace retarderait les livraisons de grain des Prairies et d'autres marchandises, incluant le minerai de fer, des matériaux de construction et des produits pétroliers.

La Garde côtière a affirmé que ses brise-glace sont en «pleine action», mais que l'ouverture des voies commerciales dépendra aussi des conditions météorologiques.

M. Pelletier a affirmé que la Garde côtière devrait avoir une meilleure idée des défis à relever une fois ces nouveaux navires en fonction.

«La prochaine semaine sera déterminante», a-t-il soutenu.

M. Pelletier a affirmé que des brise-glace aideront au déplacement de certains navires de commerce sous la forme de convois.

L'association des constructeurs, qui représente six entreprises opérant 83 navires de marchandises, a dit ne pas croire que les livraisons courantes puissent être complétées d'ici la mi-avril.

Elle soutient que la Garde côtière ne compte pas suffisamment de brise-glace pour répondre à la demande, et que plusieurs navires sont vieillissants.

«Il s'agit des pires conditions en 20 ans. Pour une année moyenne, nous avons assez de brise-glace», a fait valoir M. Pelletier.

Le commissaire adjoint a reconnu que la flotte est vieillissante, certains navires ayant près de 30 années de service. Il a indiqué qu'un programme de rénovation est en cours pour prolonger la durée de vie de ces navires.

PLUS:pc