NOUVELLES

La France fera "tout" pour un accord entre l'Argentine et le Club de Paris (Hollande)

19/03/2014 11:23 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

La France fera "tout" pour que l'Argentine parvienne à un accord avec ses créanciers du Club de Paris, a déclaré François Hollande au côté de la présidente argentine Cristina Kirchner mercredi à l'Elysée.

"Nous faisons tout pour qu'au Club de Paris, là où se négocient les règlements financiers, nous puissions soutenir les démarches de l'Argentine", a déclaré le chef de l'Etat français lors d'une déclaration commune à l'issue d'un déjeuner de travail à la présidence.

"La France veut que l'Argentine puisse sortir de ses difficultés financières", a-t-il fait valoir. Il a rappelé que l'Argentine était le troisième partenaire commercial de la France en Amérique du Sud. "C'est l'intérêt de l'Argentine, mais c'est également notre intérêt pour commercer encore davantage avec l'Argentine", a poursuivi le président français, rappelant que la balance commerciale était excédentaire pour la France.

Le président Hollande s'est félicité d'"une relation économique intense", indiquant que des "priorités" avaient été fixées "depuis plusieurs mois autour de l'énergie, de la médecine, de l'agronomie et des nano-technologies".

Le Club de Paris avait annoncé vendredi avoir invité le gouvernement argentin à venir négocier fin mai à Paris "un accord d'apurement" de sa dette.

"Nous remercions le gouvernement français de sa décision et de son ferme soutien en ce qui concerne nos négociations avec le Club de Paris", a déclaré la présidente Kirchner, précisant qu'elles reprendraient à compter du 29 mai.

Treize ans après avoir fait faillite, l'Argentine, qui espère par sa démarche permettra de regagner de la crédibilité auprès des investisseurs internationaux, doit encore quelque 10 milliards de dollars aux membres du Club de Paris, notamment au Japon.

Le pays veut également démontrer sa bonne volonté et sa capacité à négocier sur sa dette au moment où il fait face à une offensive de "fonds vautours", qui ont obtenu de la Cour suprême américaine une condamnation de l'Argentine. Buenos Aires a été condamné à rembourser 1,47 milliard de dollars à ces fonds.

Le Club de Paris se présente comme un "groupe informel de créanciers publics dont le rôle est de trouver des solutions coordonnées et durables aux difficultés de paiement de pays endettés".

Cette organisation et l'Argentine sont intimement liées, puisque le Club de Paris est né en 1956 de négociations sur la dette argentine. Depuis, le Club a conclu 429 accords avec 90 pays endettés, traitant un montant total de dette de 573 milliards de dollars.

ha-swi/dch/nou/gg

PLUS:hp