NOUVELLES

GB/Affaire Maddie: les enquêteurs à la recherche d'un délinquant sexuel

19/03/2014 03:54 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

Les policiers britanniques enquêtant sur la disparition de la petite Madeleine McCann en 2007 au Portugal ont annoncé mercredi être à la recherche d'un délinquant sexuel qui a agressé cinq fillettes après s'être introduit dans des maisons de vacances.

Cet homme, non identifié, est soupçonné d'être entré par effraction entre 2004 et 2010 dans des maisons, pour la plupart des résidences occupées par des familles britanniques en vacances dans la région de l'Algarve, dans le sud du Portugal, où a disparu Madeleine McCann, a indiqué Scotland Yard.

Entre 2004 et 2006, l'homme a agressé sexuellement cinq fillettes, âgées de 7 à 10 ans, qui se trouvaient dans leur lit, lors de quatre incidents distincts.

"Ces crimes sont très graves et personne n'a été inculpé en lien avec ces faits. Nous avons besoin (...) d'établir si ces crimes sont liés à la disparition de Madeleine", a déclaré le policier Andy Redwood, qui dirige l'enquête.

Le suspect est décrit par les témoins comme un homme à la peau bronzée, aux cheveux bruns et hirsutes, s'exprimant en anglais avec un accent étranger, selon la police.

"Nous avons besoin d'établir l'identité de cet homme", a souligné Andy Redwood, appelant toute victime à se manifester. Le policier a ajouté que retrouver cet homme ayant une "attirance malsaine pour les petites filles blanches" était l'une de ses priorités.

Les enquêteurs britanniques s'intéressent aux profils de 38 personnes dans le cadre de leurs investigations, et épluchent également des données concernant 530 délinquants sexuels notoires.

Madeleine McCann, âgée de trois ans et demi, avait disparu de sa chambre le 3 mai 2007, à Praia da Luz, une petite station balnéaire du sud du Portugal où elle séjournait avec sa famille, pendant que ses parents dînaient avec des amis dans un restaurant voisin.

La police portugaise avait classé l'enquête en 2008 après 14 mois d'investigations controversées, marquées notamment par la mise en examen des parents de la fillette, qui ont ensuite été blanchis.

Après avoir passé deux ans à étudier le dossier, le Royaume-Uni avait officiellement ouvert sa propre enquête en juillet 2013 et publié en octobre deux portraits-robots d'un homme vu en train de porter un enfant aux "cheveux blonds" le soir de la disparition de la fillette.

alm/jk/gg

PLUS:hp