NOUVELLES

Clivage persistant entre francophones et anglophones

19/03/2014 11:59 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

La Boussole électorale est toujours aussi populaire sur le site Internet de Radio-Canada. L'avez-vous essayée? Nous vous dévoilons aujourd'hui les résultats obtenus chez les utilisateurs francophones et chez les utilisateurs anglophones.

Un texte de Louis-Philippe Ouimet Twitter Courriel

Selon le comité scientifique de la Boussole électorale, « sans surprise, les questions liées aux politiques linguistiques et aux relations Québec-Canada créent un large fossé entre les groupes linguistiques ». Regardons de plus près ces différences.

Protection de la langue française

Les résultats obtenus par la Boussole électorale sont clairs : les anglophones souhaitent que le gouvernement du Québec fasse moins d'efforts pour protéger la langue française.

À la question « Le gouvernement devrait-il faire plus ou moins d'efforts pour protéger la langue française au Québec? », les utilisateurs anglophones de la Boussole ont répondu à 67 % « moins d'efforts », 26 % ont dit « ni plus ni moins » et 7 % ont répondu « plus d'efforts ».

Culture

Les relations Québec-Canada sont aussi au coeur des préoccupations des électeurs anglophones et francophones. À l'affirmation « Le Québec devrait exiger du fédéral d'être le seul à décider en matière de culture et de communications », 60 % des francophones sont d'accord. Ce pourcentage baisse à 13 % chez les anglophones.

Charte des valeurs

Le projet de charte des valeurs n'est pas vu de la même façon chez les francophones et chez les anglophones. Chez les francophones, 55 % des utilisateurs de la Boussole sont d'accord pour qu'on interdise le port de symboles religieux aux employés de l'État. Mais c'est plutôt 13 % des anglophones qui sont d'accord avec une telle proposition.

Évaluation des chefs

Quant à l'évaluation des chefs, le clivage linguistique est évident. Les anglophones préfèrent de loin Philippe Couillard aux autres chefs, alors que les francophones préfèrent Françoise David et Pauline Marois.

La première ministre sortante reçoit une évaluation de 0,7 sur 10 de la part des électeurs anglophones, soit une évaluation plus basse que la plus faible donnée à n'importe quel autre des six chefs.

PLUS:rc