NOUVELLES

Amende pour corruption en Indonésie contre Marubeni et des responsables d'Alstom

19/03/2014 07:26 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

La maison de commerce japonaise Marubeni et des responsables du groupe industriel français Alstom ont accepté de payer 88 millions de dollars d'amende aux Etats-Unis pour avoir corrompu des responsables indonésiens en vue d'obtenir un contrat, a annoncé mercredi le département américain de la Justice.

Marubeni et des salariés d'Alstom, qui faisaient partie du même consortium, ont corrompu plusieurs responsables indonésiens, dont un député, ainsi que des salariés de la compagnie publique d'électricité, afin d'obtenir un contrat de 118 millions de dollars dans le domaine de l'énergie, connu sous le nom de projet Tarahan.

Ces versements, qui ont avoisiné plusieurs centaines de milliers de dollars, étaient effectués par des consultants factices embauchés spécifiquement pour ce faire.

L'argent était versé sur des comptes bancaires dans l'Etat américain du Maryland (est) avant d'être transféré en Indonésie.

Deux responsables d'une filiale américaine d'Alstom avaient déjà plaidé coupables dans cette affaire de corruption, qui a commencé en 2002.

Deux autres cadres d'Alstom ont été inculpés mais n'ont pas encore dit s'ils plaidaient coupables ou pas.

"Marubeni et ses conspirateurs ont réussi à obtenir le projet Tarahan et par conséquent ont effectué des versements à ces consultants dans le but de corrompre des responsables indonésiens", a précisé le département de la Justice.

Marubeni avait plaidé coupable mercredi de huit inculpations devant un tribunal fédéral du Connecticut (nord-est).

"Les groupes qui souhaitent faire des affaires aux Etats-Unis ou avec des groupes américains doivent respecter la loi américaine et cela veut dire que la corruption est inacceptable", a fait valoir la responsable du FBI Valerie Parlave.

La secrétaire adjointe à la Justice Mythili Raman a expliqué que Marubeni et Alstom payaient le prix de leur implication dans cette affaire. "L'entreprise a refusé de respecter les règles, puis a refusé de coopérer avec les enquêteurs. Maintenant Marubeni fait face aux conséquences de pratiques malhonnêtes en Indonésie", a-t-elle déclaré.

rcw/are/gde

PLUS:hp