NOUVELLES

Wall Street, rassurée par des propos de Poutine, ouvre en hausse

18/03/2014 10:07 EDT | Actualisé 18/05/2014 05:12 EDT

Wall Street progressait mardi à l'ouverture, soulagée par Vladimir Poutine qui, tout en signant un traité sur le rattachement de la Crimée à Moscou, a assuré qu'il ne cherchait pas à intégrer d'autres régions d'Ukraine: le Dow Jones gagnait 0,33% et le Nasdaq 0,45%.

Vers 13H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average s'appréciait de 52,98 points à 16.300,20 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 19,45 points à 4.299,40 points.

Le S&P 500 avançait de 0,34% (+6,37 points) à 1.865,20 points.

La Bourse de New York avait déjà nettement progressé lundi, rassurée par la réaction jugée modérée des Occidentaux après le vote de la Crimée en faveur d'un rattachement à la Russie et de bons indicateurs américains: le Dow Jones avait grimpé de 1,13% à 16.247,22 points et le Nasdaq de 0,81% à 4.279,95 points.

Les indices "s'affichent en hausse en ce début de séance car si le président russe Poutine a approuvé le rattachement de la Crimée à la Russie, il a souligné qu'il n'avait pas l'intention de diviser encore un peu plus l'Ukraine", remarquaient les analystes de Charles Schwab.

Les investisseurs saluent "non pas tant la désescalade des tensions en Ukraine mais le fait qu'il n'y a pas encore eu d'escalade des tensions pouvant menacer la croissance économique mondiale", estimait pour sa part Patrick O'Hare de Briefing.com.

Les sanctions imposées par l'Union européenne et les Etats-Unis sont de fait restées pour l'instant plutôt symboliques et ne concernent qu'un nombre limité de hauts responsables russes et ukrainiens pro-russes. "C'est comme une petite tape sur la main", estimait-il.

Apaisés sur le front géopolitique, les investisseurs digéraient une salve d'indicateurs contrastés sur l'économie des Etats-Unis.

Les mises en chantier de logements aux Etats-Unis ont reculé en février pour le troisième mois consécutif. Indicateur de la construction à venir, le nombre de permis de construire accordés par les autorités est en revanche reparti en forte hausse après trois mois de baisse depuis novembre.

Sur la même période, les prix à la consommation aux Etats-Unis ont augmenté plus modestement que prévu.

Les courtiers de Wall Street se préparaient par ailleurs à la diffusion mercredi du communiqué marquant la fin d'une réunion de deux jours du Comité de politique monétaire de la banque centrale américaine (Fed), "un événement qui a habituellement un effet plutôt haussier dans les jours qui précèdent", selon les analystes de Schaeffer's Research Investment.

Le marché obligataire évoluait sur une note contrastée. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,688% contre 2,699% lundi soir tandis que celui à 30 ans progressait à 3,632% contre 3,630% à la précédente clôture.

sl/jum/rap

PLUS:hp