NOUVELLES

Une vidéo met en scène l'exécution de Wilders: "écoeurant", selon le PM néerlandais

18/03/2014 12:54 EDT | Actualisé 18/05/2014 05:12 EDT

Le Premier ministre néerlandais a qualifié d'"écoeurant" un clip vidéo publié mardi mettant en scène l'exécution de style jihadiste du député anti-islam Geert Wilders, qui souhaite de son côté porter plainte.

La vidéo a été publiée par le rappeur néerlando-libanais Hozny quelques jours après que M. Wilders eût plaidé, lors de sa campagne pour les municipales de mercredi, pour une ville de La Haye "avec un peu moins de Marocains".

Dans le clip de la chanson, qui parle de la carrière de Geert Wilders et ses commentaires sur l'Islam, le personnage de M. Wilders est enlevé par deux hommes portant des cagoules noires.

Ceux-ci le mettent ensuite à genoux face à une caméra devant un grand drap vert pendu au mur et lui pointent chacun un pistolet vers la tête, d'une manière pouvant être associée aux vidéos d'otages enlevés par les jihadistes. A la fin de la vidéo, lorsque l'image disparaît en fondu, on entend un coup de feu.

"C'est écoeurant", a déclaré le Premier ministre Mark Rutte au micro de la télévision publique néerlandaise NOS : "cela va à l'encontre de tout ce que nous défendons (...) c'est de l'ordre du mauvais goût".

Cité par l'agence de presse ANP, il a ajouté : "les mots me manquent quand un idiot fait ce genre de film".

Selon le texte de la chanson : "Mon petit Geert, l'Islam c'est 2,1 milliards de personnes (...) rien ne pourra t'aider quand ils viendront pour toi". Hozny assure pourtant dans sa chanson que "ce n'est pas une menace".

M. Wilders a de son côté assuré qu'il allait porter plainte contre le rappeur, soutenant que la vidéo ne rentre pas dans le cadre de la liberté d'expression mais est une incitation à la violence. "C'est effroyable, j'en ai la chair de poule".

Geert Wilders fait l'objet de nombreux commentaires de la presse néerlandaise depuis qu'il a plaidé pour "moins de Marocains à La Haye".

Certains observateurs estiment qu'il a franchi un pas dans sa rhétorique en s'en prenant directement aux Marocains et non plus à l'Islam en général. Un groupe anti-discrimination a dit avoir déposé des plaintes devant le parquet.

M. Wilders avait été relaxé en juin 2011 d'incitation à la haine et à la discrimination envers les musulmans, les juges estimant que le député ne pouvait pas être condamné car ses critiques étaient dirigées contre l'Islam, une religion, et non contre les musulmans, ses pratiquants.

Héritier du populiste Pim Fortuyn, assassiné en 2002, Geert Wilders vit sous protection policière 24 heures sur 24. Il était notamment poursuivi pour son film anti-islam Fitna et pour avoir comparé le Coran au livre Mein Kampf d'Adolf Hitler.

ndy/bir

PLUS:hp