NOUVELLES

Ukraine: François Hollande anticipe une visite à La Haye pour le G7 convié par Obama

18/03/2014 01:00 EDT | Actualisé 18/05/2014 05:12 EDT

François Hollande se rendra dès lundi prochain à La Haye pour participer au G7 souhaité par le président américain Barack Obama pour débattre des derniers développements de la situation en Ukraine, a-t-on appris mardi auprès de la présidence française.

Le président français, qui devait se rendre à La Haye mardi, anticipera ainsi de quelques heures sa venue dans la capitale néerlandaise où il est attendu lundi en début d'après-midi.

La Maison Blanche a annoncé mardi que le président américain avait convié les dirigeants du G7 et de l'Union européenne à se réunir la semaine prochaine à La Haye, en marge d'un Sommet sur la sécurité nucléaire.

Le G7 regroupe les grands pays industrialisés (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni), auxquels est associée l'Union européenne. Il s'est élargi en 1998 à la Russie pour former le G8.

Les dirigeants du G7 ont suspendu les préparatifs en vue du sommet du G8 prévu à Sotchi (Russie) en juin pour dénoncer la "violation" de la souveraineté de l'Ukraine par Moscou.

A La Haye, explique-t-on de source française, les membres du G7 "discuteront de la manière dont le G8 peut ou ne peut pas continuer à fonctionner" avec la Russie.

Le président russe Vladimir Poutine a signé mardi un traité historique rattachant la Crimée à la Russie, avec effet immédiat, faisant fi des sanctions occidentales décrétées la veille.

Cette décision a été immédiatement dénoncée par les Occidentaux et par Kiev. François Hollande a "condamné" mardi la décision de Vladimir Poutine de signer le traité intégrant la Crimée à la Russie, soulignant que la France ne reconnaissait "ni le référendum illégal" qui s'est tenu dans "cette région d'Ukraine", ni son rattachement à la Russie.

Une cinquantaine d'États doivent participer selon Paris au sommet international sur la sécurité nucléaire. Parmi les dirigeants attendus figure le président chinois Xi Jinping qui se rendra dans la foulée en France pour une visite d'État qui s'achèvera jeudi soir. L'Iran, dont le programme nucléaire est soupçonné par les Occidentaux de dissimuler des fins militaires, n'y serait en revanche pas représenté.

ha/sla/blb/bir

PLUS:hp