POLITIQUE

Sondage: Québec solidaire envisage «beaucoup plus» que deux députés, dit Khadir

18/03/2014 11:29 EDT | Actualisé 18/05/2014 05:12 EDT
PC

MONTRÉAL - Le plus récent sondage Crop, qui donne pratiquement le même appui à Québec solidaire qu'à la Coalition avenir Québec, conforte Québec solidaire, qui envisage ainsi d'avoir «beaucoup plus» que les deux députés qu'il a présentement à l'Assemblée nationale.

De passage à Verdun, mardi, le député sortant de Mercier, Amir Khadir, a affirmé qu'il interprétait tout de même les données de ce sondage «avec modestie et prudence».

Le dernier qui paraît dans l'édition de mardi de La Presse accorde 13 pour cent des voix à la CAQ et 10 pour cent à Québec solidaire. Le Parti libéral prend maintenant la tête, avec 39 pour cent des intentions de vote, devant le Parti québécois à 36 pour cent.

M. Khadir affirme que son parti ne se satisfera pas de trois ou quatre députés lors du scrutin du 7 avril, lui qui en a présentement deux, à savoir lui et Françoise David.

«Ça dépend de la population. Nous, on ne veut pas se contenter de trois, quatre, cinq députés. Nous, on travaille pour former le gouvernement le 8 avril prochain. Maintenant, c'est sûr qu'on a des chances (à certains endroits) plus qu'ailleurs. Et je suis sûr qu'au moment où on se parle, avec le 10 pour cent, on va être beaucoup plus que deux députés à l'Assemblée nationale», s'est réjoui le député sortant de Mercier.

Il ne tarissait pas d'optimisme. «Si le peuple québécois le veut, ça pourrait être 60 députés de plus, parce que beaucoup de gens ont soif de changement», a-t-il ajouté.

M. Khadir se dit convaincu que Québec solidaire est appelé à croître, particulièrement depuis que le Parti québécois se tasse vers la droite de l'échiquier politique, selon lui.

Il en veut pour preuve l'arrivée en scène de l'ex-dirigeant de l'empire médiatique Québecor, Pierre Karl Péladeau.

«C'est un patron qui, sans se cacher, au cours de toutes ces années, a orchestré de multiples campagnes de dénigrement des classes sociales les plus pauvres. Dans ses journaux, on a assisté, année après année, à des campagnes de dénigrement des services publics, des employés des services publics, et des bénéficiaires des services publics. Je pense que les gens doivent tenir compte de ça. Et au peuple de juger», a-t-il dit.

En fait, le même sondage démontre aussi que M. Péladeau aurait plutôt bien fait s'il avait été à la place de la chef péquiste Pauline Marois, obtenant comme elle trois points d'écart face au Parti libéral du Québec. M. Péladeau aurait même surpassé les candidats péquistes et ministres sortants Jean-François Lisée, Bernard Drainville et Pierre Duchesne face au PLQ.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les pancartes détournées de la campagne électorale