DIVERTISSEMENT

«SNL Québec» : Stéphane Rousseau prêt à relever le défi (VIDÉO)

17/03/2014 10:01 EDT | Actualisé 18/03/2014 06:50 EDT

Reviendra, reviendra pas? Si on se fie à l’ambiance joyeuse qui régnait dans les bureaux de Télé-Québec, lundi midi, il y a fort à parier qu’on retrouvera l’équipe de SNL Québec sur une base mensuelle au cours de la saison 2014-2015.

La première édition de l’adaptation québécoise de Saturday Night Live, animée par Louis-José Houde et présentée le 8 février dernier, a frappé fort dans les cotes d’écoute, en rassemblant 273 000 téléspectateurs devant leur petit écran, un chiffre très honorable pour Télé-Québec, un samedi soir. Les critiques se sont également avérées excellentes.

Les comédiens «maison» Phil Roy, Léane Labrèche-Dor, Mathieu Quesnel, Virginie Fortin, Pierre-Luc Funk et Katherine Levac s’apprêtent maintenant à revivre l’aventure ce week-end, avec un nouveau capitaine à bord, Stéphane Rousseau. La direction de Télé-Québec attend probablement d’avoir en main les résultats de cette deuxième mouture pour se prononcer sur l’avenir de SNL Québec mais, selon ce qui a filtré lundi, ça sent bon. Si l’émission trouve sa place dans la grille de la prochaine saison, Normand Brathwaite, Geneviève Borne et leurs musiciens de Belle et Bum, qui sont assurés d’un retour à l’automne pour une 12e année, devront céder leur case-horaire une fois par mois au concept calqué sur l’original américain, développé par Fair Play et Zone 3.

Capital numéro d’ouverture

Ce samedi, c’est donc sur les épaules de Stéphane Rousseau que reposera l’ambitieuse entreprise qu’est SNL Québec. Adepte de la première heure de la formule qui vit depuis 40 ans aux États-Unis – il a été un fervent du rendez-vous dans les années 1980, à l’époque des Chevy Chase, Dan Aykroyd et John Candy, mais conserve aussi de bons souvenirs d’Adam Sandler, de Chris Rock et de Chris Farley -, l’humoriste sait que le défi est périlleux à relever. Il accorde beaucoup d’importance à son numéro d’ouverture qui, il le sait, sera scruté à la loupe. «Il y aura peut-être une couple de plaintes, a-t-il anticipé, à la blague. C’est un stand up très significatif, qui représente beaucoup. C’est toujours angoissant, de briser la glace, live. Louis-José a fait une super job. Il faut que j’assure!»

Rousseau a spécifié que son numéro de bienvenue portera sur «la morosité ambiante et l’agressivité dans l’air», mais ne s’est pas avancé davantage. Il partage l’écriture de ce segment avec le panel d’auteurs de SNL Québec, de jeunes plumes qui ne cumulent que quelques années d’expérience et qui n’ont pas encore noirci beaucoup de pages. La production désirait miser sur du sang neuf pour explorer de nouvelles avenues, amener un regard jeune et audacieux sur l’ensemble. À tout seigneur, tout honneur : nommons-les, puisque le contenu de SNL Québec repose en grande partie sur leurs idées. Il s’agit d’Éric Boulianne, Gabriel D’almeida-Freitas, Mickael Gouin, Louis Courchesne, Philip Rodrigue, Mathieu Bouillon, Sébastien Ravary et Julien Tapp.

Comme le veut la tradition, et comme l’a fait Louis-José Houde le 8 février, Stéphane Rousseau s’immiscera dans les différentes vignettes comiques de la soirée. Ne vous attendez toutefois pas à renouer avec Madame Jigger, Scott Towel, Rico ou ses autres personnages célèbres; ceux-ci «n’ont pas passé l’audition pour SNL», a expliqué leur géniteur avec un sourire. Rousseau recyclera plutôt un personnage féminin créé lors du rodage de son dernier spectacle, qui n’a pas tenu la route pendant la tournée et que le public ne connait pas encore. Fait amusant, il avait imaginé cette figure en pensant y donner vie sur scène avec Marc Labrèche. La rencontre prévue n’a finalement pas eu lieu, mais le personnage donnera peut-être la réplique à Léane Labrèche-Dor, la fille de Labrèche, samedi.

D’ailleurs, en ce qui a trait aux personnages, Josée Fortier, productrice au contenu de SNL Québec, a mentionné que ceux qui ont fait mouche la dernière fois, comme la snob d’Outremont interprétée par Virginie Fortin ou Paige Beaulieu, la conseillère matrimoniale plus ou moins compétente de Katherine Levac, pourraient réapparaitre samedi… et l’an prochain, s’il y a lieu.

Rythme exigeant

Si ce n’est de quelques pépins techniques, comme des éclairages qui n’ont pas fonctionné, les troupes de SNL Québec sont extrêmement satisfaites de leur tentative d’il y a un mois et demi. Encore une fois, le rythme de travail sera trépidant jusqu’au jour J. Phil, Léane, Mathieu, Virginie, Pierre-Luc et Katherine ont reçu les premières versions de leurs textes lundi dernier. Une lecture préliminaire a alors eu lieu, et on a sélectionné les 10 sketchs qui seront joués samedi. Lundi, la bande a répété une première fois avec mise en scène. Toute la mécanique sera vue et revue à maintes reprises d’ici vendredi. Puis, samedi, on révisera à nouveau les déplacements dans l’avant-midi et les artistes passeront à la coiffure et aux maquillages. En fin d’après-midi, une répétition générale, devant public, permettra de prendre le pouls du boulot accompli et d’ajuster les derniers détails.

Certains textes, comme ceux des Nouvelles SNL, ne seront écrits que la journée même de la diffusion, afin qu’ils soient parfaitement collés à l’actualité. Un procédé crucial, particulièrement en temps de campagne électorale, comme c’est présentement le cas. D’autant plus que le débat des chefs se tiendra jeudi. Toutes les lignes que les acteurs se mettent en bouche depuis une semaine sont aussi sujettes à changement jusqu’au dernier instant, et le mot du début de Stéphane Rousseau ne sera aussi complètement fignolé qu`à la dernière minute.

Très complices, les six comédiens qui entourent l’animateur sont beaucoup plus détendus qu’ils ne l’étaient la première fois. Lundi, ils se taquinaient entre eux et rigolaient beaucoup. Ils ont tour à tour raconté les craintes qui les habitaient avant de se pointer devant la caméra avec Louis-José Houde. Alors que Virginie Fortin angoissait de faire ses pitreries en direct et que Léane Labrèche-Dor avait peur que les gens dans la salle ne rient pas, Katherine Levac, elle, ne connaissait rien des rouages de la télévision et a froncé les sourcils lorsqu’on lui a ordonné de se rendre au «CCM» (coiffure, costume, maquillage). Le fait d’avoir plusieurs saynètes en groupe les a rassurés et a permis à leur stress de diminuer d’un cran.

«Il n’y a pas de plus gros défi que de s’attaquer à SNL, a insisté Pierre-Luc Funk. Ce qu’on veut, c’est de rendre hommage…»

SNL Québec, ce samedi, 22 mars, à 21h, à Télé-Québec. En rediffusion le vendredi 28 mars, à 22h. Le groupe Les Trois Accords offrira la prestation musicale.

INOLTRE SU HUFFPOST

SNL Québec