NOUVELLES

Sahara/DroitsHomme: Rabat veut marquer des points avant les débats à l'ONU

18/03/2014 06:13 EDT | Actualisé 18/05/2014 05:12 EDT

Volonté affichée de mieux répondre aux plaintes de citoyens, fin annoncée des procès militaires de civils: le Maroc s'efforce de marquer des points sur les droits de l'Homme à l'approche de nouveaux débats à l'ONU sur le Sahara occidental, sa cause sacrée.

En avril, le Conseil de sécurité se penchera sur la reconduction de la Minurso, la mission qui depuis 1991 est principalement chargée de surveiller le cessez-le-feu dans cette ex-colonie espagnole contrôlée par Rabat mais revendiquée par des indépendantistes (Polisario), soutenus par Alger.

Des débats de l'an dernier, le royaume garde un mauvais souvenir: il avait paru pris de court par un projet de résolution américain visant à élargir le mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l'Homme.

Après avoir décrété la mobilisation générale et haussé le ton auprès de l'allié américain, Rabat avait obtenu son abandon, le texte onusien se contentant d'appeler à "améliorer la situation", en écho aux critiques d'ONG sur les atteintes aux libertés d'expression et de rassemblement, entre autres.

"Les manoeuvres des ennemis de notre intégrité territoriale ne vont pas s'arrêter", avait toutefois proclamé par la suite le roi Mohammed VI, exhortant à "acculer ces adversaires à la défensive".

Depuis, le Maroc semble être passé à la pratique.

D'un côté, il n'a pas hésité en octobre à rappeler un temps pour "consultations" son ambassadeur à Alger, à la suite de propos jugés hostiles du président Abdelaziz Bouteflika.

De l'autre, il vient d'annoncer coup sur coup deux initiatives censées témoigner de sa bonne foi sur cette thématique sensible des droits de l'Homme.

Le 13 mars, le gouvernement a tout d'abord indiqué vouloir mieux répondre aux plaintes de citoyens pour des violations présumées, en nommant dans des ministères des interlocuteurs permanents pour le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH, officiel).

Les plaintes relayées par le CNDH, "en particulier" de ses délégations de Laâyoune et Dakhla -deux villes du Sahara-, donneront lieu "sous trois mois à une réponse officielle, qui fera l'objet d'une publication", a-t-il assuré.

- 'Séparation des pouvoirs' -

Dès le lendemain, et quelques heures à peine après le retour du roi d'une offensive de charme en Afrique, le Maroc a annoncé l'approbation en conseil des ministres d'un projet de loi mettant fin à la possibilité de poursuivre des civils devant une cour militaire.

Cette décision était très attendue depuis les critiques formulées il y a tout juste un an par des ONG internationales sur le procès de 25 Sahraouis pour le meurtre de membres des forces de l'ordre lors du démantèlement du camp de Gdim Izik fin 2010.

Qualifiée d'"historique" par Rabat, le projet de loi, qui doit encore être entériné par le Parlement, a été qualifié "d'avancée majeure" par le président du CNDH, Driss el Yazami, dont l'institution a grandement inspiré le texte.

Il s'agit d'un "pas important", a acquiescé le directeur de la section-Maroc d'Amnesty, Mohamed Sektaoui, cité par l'agence MAP.

Interrogé par l'AFP, l'historien et spécialiste du Maghreb Pierre Vermeren y voit lui aussi une annonce "positive". "Mais la question de la séparation des pouvoirs se pose aussi bien pour la justice civile que militaire...", tempère-t-il.

M. Vermeren se montre en revanche affirmatif sur le motif de ces annonces. "Le lien avec le vote à l'ONU est une évidence, dit-il. On se doute que la partie adverse du Maroc va s'activer pour relancer la question des droits de l'Homme. Là, ça crédibilise un peu la position marocaine".

"L'objectif de tout ça, c'est d'éviter que l'ONU reparle de l'élargissement de la Minurso", renchérit Hamoud Iguilid, responsable à Laâyoune de l'Association marocaine des droits humains (indépendant). Evoquant une simple "diplomatie de façade" envers "l'Occident", il appelle à "rejuger les prisonniers de Gdim Izik au civil".

A l'étranger, l'Espagne et la France ont salué les initiatives marocaines.

Définitivement adoptée, la réforme de la justice militaire renforcerait "l'Etat de droit", a commenté Paris, un des principaux soutiens du plan d'autonomie proposé par le Maroc pour la région.

Ce plan est rejeté par le Polisario, qui réclame un référendum d'autodétermination.

gk-bpa/tp

PLUS:hp