NOUVELLES

La NSA enregistre aussi des conversations téléphoniques

18/03/2014 03:03 EDT | Actualisé 17/05/2014 05:12 EDT

Les opérations de surveillance de l'Agence nationale de sécurité (NSA) vont bien au-delà de la collecte de métadonnées, indiquent des documents fournis par l'ex-analyste informatique Edward Snowden.

Le Washington Post révèle en effet que l'agence américaine a mis au point un système qui est en mesure d'intercepter 100 % des appels téléphoniques qui sont faits dans un pays donné. Ce système permet à l'agence de réécouter les conversations téléphoniques, dans une période de 30 jours après le moment où elles ont eu lieu.

Le quotidien explique que des analystes de la NSA écoutent moins de 1 % des appels enregistrés, mais que cela représente tout de même un très grand nombre de conversations téléphoniques. Chaque mois, des millions d'extraits sont découpés puis archivés pour un éventuel usage ultérieur.

D'autres agences américaines peuvent avoir accès, au besoin, aux conversations interceptées par la NSA.

L'outil qui permet l'interception des conversations porte le nom de RETRO. Il fait partie d'un programme appelé MYSTIC, qui a vu le jour en 2009. Selon les documents, un pays a été placé sous écoute en 2011. Des documents de planification indiquent quant à eux qu'en 2013, la NSA envisageait de mener des opérations semblables dans six autres pays.

À la demande des autorités américaines, le Washington Post n'a pas dévoilé de quels pays il s'agissait.

Bien plus que des métadonnées

Ces révélations, en plus de démontrer que la NSA collecte bien plus que des métadonnées, indiquent que des conversations impliquant des Américains ont pu être interceptées.

Le président Barack Obama avait pourtant affirmé, le 17 janvier dernier, que « les États-Unis n'espionnent pas les gens ordinaires qui ne menacent pas notre sécurité nationale », peu importe leur nationalité, et que « nous prenons en considération leurs préoccupations en matière de vie privée ».

La NSA a réagi à ces nouvelles révélations en indiquant qu'elle agissait dans le respect des lois. Le travail de l'agence « est de détecter des menaces, dans un système de télécommunications vaste et global », a ajouté une porte-parole.

PLUS:rc