NOUVELLES

Crimée: la Russie a fait le choix "de l'isolement" (William Hague)

18/03/2014 09:09 EDT | Actualisé 18/05/2014 05:12 EDT

L'Occident doit reconsidérer ses relations avec Moscou qui a fait "le choix de l'isolement", a déclaré mardi le chef de la diplomatie britannique William Hague, en envisageant un G8 "sans la Russie" et en annonçant la suspension de toute coopération militaire bilatérale.

"Il était regrettable d'entendre aujourd'hui que le président (russe Vladimir) Poutine a fait le choix de l'isolement", a déclaré William Hague devant la Chambre des Communes à Londres, avant d'annoncer certaines sanctions supplémentaires contre Moscou.

"Nous avons suspendu toute coopération militaire" avec la Russie, a-t-il détaillé, précisant que cette mesure s'appliquait notamment aux licences d'exportations, à "la mise au point d'accord de coopération militaire technique", à un exercice naval prévu cette année conjointement avec la France et les Etats-Unis, et aux visites croisées de hauts responsables militaires.

"Nous devrions être prêts à envisager un nouveau type de relations entre la Russie et l'Occident dans les prochaines années, comparé aux vingt dernières années", a-t-il poursuivi.

"Une relation où des institutions comme le G8 fonctionneront sans la Russie", où "la coopération militaire et les exportations de matériel militaire seront réduites", a-t-il dit, appelant à limiter la dépendance européenne vis-à-vis des exportations d'énergie.

M. Hague a estimé "hautement probable que les pays du G7 voudront" désormais se réunir sans la Russie.

"La crise en Ukraine est le test sécuritaire le plus sérieux en Europe au XXIe siècle", a encore dit le ministre, dénonçant l'"immense provocation" de Moscou et mettant en garde contre "le grave danger de provocation ailleurs en Ukraine".

Il a comparé le référendum en Crimée à "un processus démocratique faussé et retors" qui ne saurait justifier "une incursion dans un Etat souverain et la saisie d'un territoire". "Nous assistons en fait à l'annexion d'une partie du territoire souverain d'un Etat européen par la force militaire", a-t-il conclu estimant possible que "nous n'ayons pas encore vu le pire de cette crise".

Le président russe a signé mardi un traité sur le rattachement de la Crimée, péninsule du sud de l'Ukraine, à la Russie. Cette annexion intervient deux jours après le référendum organisé dans cette région où les habitants ont plébiscité leur rattachement à la Russie.

bed-dh/abk

PLUS:hp