NOUVELLES

Chine: un groupe islamiste ouïghour dit soutenir la récente tuerie de Kunming (SITE)

18/03/2014 09:40 EDT | Actualisé 18/05/2014 05:12 EDT

Un groupe radical islamique luttant pour les Ouïghours de la région du Xinjiang a apporté son soutien à l'attaque au couteau début mars dans la ville chinoise de Kunming, dans une vidéo analysée par le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE.

Cette vidéo, dont l'authenticité n'a pu être indépendamment vérifiée par l'AFP, a été réalisée par le Parti islamique du Turkestan (TIP), une organisation soeur de l'ETIM, le Parti islamique du Turkestan oriental, qui figure sur la liste des organisations terroristes de l'ONU, a indiqué mardi dans un message SITE.

Selon SITE, la vidéo a été mise en ligne le 11 mars et on y voit un responsable du TIP affirmer en ouïghour que les assaillants ont par leur violente opération adressé un message au président chinois Xi Jinping, afin qu'il mette un terme à l'influence chinoise au Xinjiang.

Les assaillants équipés d'armes blanches avaient fait 29 morts et plus de 140 blessés dans la gare de Kunming.

La tuerie est imputée par les autorités chinoises à des "séparatistes du Xinjiang", vaste région de l'ouest de la Chine dont les Ouïghours, des musulmans turcophones, constituent l'ethnie majoritaire.

"La tuerie de Kunming est soit orchestrée par l'ETIM, soit inspirée par l'ETIM", seul groupe ayant les capacités opérationnelles et l'idéologie pour conduire ou initier une telle opération, avait estimé Rohan Gunaratna, expert sur la sécurité à l'Université Nanyang de Singapour.

Mais d'autres experts occidentaux se montrent beaucoup plus prudents sur les réelles capacités de l'ETIM, groupuscule nébuleux ayant perdu beaucoup d'effectifs.

"Je continue à douter que l'ETIM puisse avoir perduré comme une organisation influente à travers les années. Pékin en parle constamment, précisément parce que les Etats-Unis l'ont classé comme mouvement terroriste", a commenté Gardner Bovingdon, expert du Xinjiang à l'université de l'Indiana aux Etats-Unis, pointant l'absence d'"éléments tangibles" autres que des vidéos.

seb/abk

PLUS:hp