NOUVELLES

Les sanctions de l'UE visent le Premier ministre de Crimée et un amiral russe

17/03/2014 02:20 EDT | Actualisé 17/05/2014 05:12 EDT

Le "Premier ministre" de Crimée, et treize responsables russes, dont un vice-amiral, font partie des 21 personnes sanctionnées lundi par l'Union européenne au lendemain du référendum en Crimée.

La principale personnalité de la péninsule séparatiste visée est Sergueï Axionov, élu "Premier ministre de Crimée" le 27 février, parce qu'il a "mené une campagne active en faveur de l'organisation du +référendum+ du 16 mars", précise le Journal Officiel de l'UE en détaillant la liste des personnes concernées (http://eur-lex.europa.eu/).

Un autre dirigeant séparatiste, Vladimir Konstantinov, est également sanctionné pour avoir "appelé les électeurs à voter en faveur de l'indépendance de la Crimée", souligne-t-il.

Six autres responsables criméens sont concernés, dont le maire de Sebastopol et l'amiral Denis Berezovski, commandant en chef de la marine ukrainienne, qui avait annoncé le 2 mars qu'il prêtait allégeance aux autorités pro-russes de Crimée.

Parmi les 13 Russes sanctionnés, figurent trois responsables militaires actifs en Crimée, dont le commandant de la Flotte de la mer Noire, Alexandre Vitko.

Les autres sont des responsables politiques qui n'appartiennent ni au gouvernement ni au cercle proche du président Vladimir Poutine. La plupart d'entre eux sont sanctionnés pour "avoir publiquement apporté leur soutien au déploiement de troupes russes en Ukraine", selon le Journal Officiel.

Il s'agit notamment de Viktor Ozerov, président de la Commission de la sécurité et de la défense du Conseil de la Fédération de Russie, et du vice-président de la Douma, Sergueï Jelejniak.

Ces 21 personnes sont frappées par des restrictions de visa et des gels d'avoirs pour une période de six mois renouvelable à partir de la publication au Journal officiel.

Les Etats-Unis ont parallèlement visé onze personnes par des gels d'avoirs, dont le président ukrainien déchu Viktor Ianoukovitch et le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine.

jri/aje/bir

PLUS:hp