NOUVELLES

LE MONDE EN BREF DU LUNDI 17 MARS

17/03/2014 12:13 EDT | Actualisé 16/05/2014 05:12 EDT

Voici le Monde en bref du lundi 17 mars à 04H00 GMT :

SIMFEROPOL - La Crimée s'achemine encore davantage vers le rattachement à la Russie au lendemain d'un référendum marqué par une victoire massive du oui.

A Simféropol, le parlement local se réunit lundi en session extraordinaire pour adopter officiellement une demande de rattachement qu'il adressera à la Russie et confirmer les résultats définitifs du oui (plus de 95%).

Des députés de Crimée s'envolent le même jour pour Moscou où la Douma, la chambre basse du Parlement russe, achève la préparation du projet de loi sur l'intégration de la Crimée à la Russie.

BRUXELLES - Les Occidentaux ont condamné dimanche ce référendum "illégal" et l'Union européenne devrait décider de sanctionner des responsables russes, sans toutefois frapper à la tête de l'Etat afin de laisser la porte ouverte au dialogue avec Moscou.

Le président américain Barack Obama a également évoqué d'éventuelles sanctions supplémentaires contre la Russie, avertissant son homologue russe Vladimir Poutine que les Etats-Unis et leur alliés ne reconnaîtraient "jamais" le référendum sur la Crimée de dimanche.

Les Européens vont de leur côté réagir sans tarder, dès lundi matin, puisque leurs ministres des Affaires étrangères se retrouveront à Bruxelles pour leur réunion mensuelle.

YABROUD (Syrie) - Les troupes du régime syrien appuyées par le Hezbollah libanais ont pris dimanche la totalité de la ville stratégique de Yabroud, enregistrant une avancée importante dans la guerre contre les rebelles, qui est entrée dans sa quatrième année.

Trois ans de violences ont coûté la vie à plus de 146.000 personnes selon l'OSDH, contraint selon l'ONU plus de neuf des 22 millions d'habitants à fuir leur foyer et détruit le pays, plongé dans une crise humanitaire majeure dans laquelle les enfants sont en première ligne.

KUALA LUMPUR - Vingt-cinq pays participent désormais aux recherches du vol MH370, qui a changé de cap et désactivé ses communications de manière "délibérée" avant de disparaître il y a huit jours, tandis que les enquêteurs passaient dimanche au crible les antécédents des pilotes et passagers.

Les données satellitaires collectées ne permettent pas de déterminer l'endroit où l'appareil se trouvait, au terme des presque huit heures de vol --une heure avant qu'il disparaisse des radars, puis près de sept heures une fois les communications rompues--.

Le MH370 a changé de cap, à mi-chemin entre la Malaisie et le Vietnam, une heure après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin, avec 239 personnes à bord.

BELGRADE - Les Serbes ont voté dimanche au cours de législatives anticipées avec l'espoir d'un redressement économique et d'intégration dans l'Union européenne, un scrutin qui devrait se traduire par une large victoire des conservateurs (SNS) au pouvoir.

Quelque 6,7 millions d'électeurs avaient été appelés aux urnes pour renouveler le Parlement de 250 sièges.

BRATISLAVA - Le duel s'annonce serré au 2e tour de l'élection présidentielle en Slovaquie entre le Premier ministre social-démocrate Robert Fico et le riche philanthrope Andrej Kiska, nouveau venu en politique, arrivés en tête au premier tour samedi avec un écart de voix de 4% seulement.

M. Fico, un ex-communiste de 49 ans initialement donné grand favori, n'a recueilli que 75.923 voix de plus que son rival, selon les résultats officiels communiqués dimanche. Ce résultat rend sa position très délicate avant le second tour prévu le 29 mars.

Le potentiel électoral du centriste sans parti Andrej Kiska, 51 ans, un homme d'affaires devenu philanthrope, semble être plus fort que celui du chef du gouvernement slovaque en 2006-2010 et depuis 2012.

KANO (Nigeria) - Des hommes armés ont rasé trois villages dans la nuit de vendredi à samedi dans le centre du Nigeria, tuant au moins 100 personnes, dans un contexte de fortes tensions entre communautés de la région.

Cette série d'attaques, rapportée dimanche à l'AFP par des responsables locaux, est la plus meurtrière dans le sud de l'Etat de Kaduna depuis les violences post-électorales qui avaient fait plusieurs centaines de morts en 2011.

La police d'Etat a refusé de donner des précisions sur l'origine des assaillants, alors que la population locale, majoritairement chrétienne, accuse les éleveurs musulmans fulani d'être les auteurs des attaques.

glr/jr

PLUS:hp