NOUVELLES

GB: un ex-chef de la mafia obtient de ne pas être extradé vers l'Italie

17/03/2014 08:27 EDT | Actualisé 17/05/2014 05:12 EDT

La justice britannique a décidé lundi de ne pas extrader vers l'Italie un ex-chef de la mafia sicilienne, Domenico Rancadore, arrêté en août à Londres où il se cachait depuis près de 20 ans.

L'Italie réclamait ce sexagénaire au sujet de sa condamnation par contumace en 1999 à sept ans de prison pour son rôle au sein de Cosa Nostra entre décembre 1987 et avril 1995.

Avec sa femme et ses deux enfants, cet ancien enseignant, surnommé "le professeur", avait quitté la Sicile en 1994 pour s'installer en banlieue de Londres où il vivait sous le nom de "Marc Skinner", patronyme de son épouse.

Lundi, le juge Howard Riddle du tribunal londonien de Westminster a expliqué qu'il comptait initialement extrader l'Italien, dans la mesure où le mandat d'arrêt européen était valide et qu'il avait des assurances selon lesquelles les droits de Domenico Rancadore ne seraient pas violés.

Cependant, dans un coup de théâtre, il est revenu sur sa position aux vues d'une décision récente d'un tribunal administratif britannique, qui s'impose aux juridictions moins importantes. Il faisait référence au cas d'un Somalien, Hayle Abdi Badre, réclamé par la justice italienne.

"Une juridiction supérieure a accepté que des assurances similaires étaient faites de bonne foi mais qu'elles n'étaient pas suffisantes. Je ne peux pas distinguer ce cas de Badre", a déclaré le juge Howard Riddle, mentionnant les conditions de détention dans les prisons en Italie.

Lors des audiences d'extradition de Domenico Rancadore, qui souffre de problèmes cardiaques, un expert des prisons italiennes, Patrizio Gonnella, avait expliqué que son pays comptait l'un des taux de surpopulation carcérale les plus élevés en Europe.

Domenico Rancadore doit désormais être libéré sous caution, mais devra porter un bracelet électronique dans l'attente des résultats d'un éventuel appel.

Il avait expliqué devant le tribunal s'être installé au Royaume-Uni pour offrir à ses enfants une "belle vie" et pour rompre les liens avec la Sicile.

Il avait affirmé avoir vécu une "expérience terrible" en étant parmi les accusés d'un maxi-procès contre la mafia dans les années 1980 -- aux côtés de son propre père --, au terme duquel il avait été acquitté. Il avait précédemment indiqué à la police craindre pour sa vie s'il était extradé vers l'Italie.

Sa femme, Anne Skinner, s'était dite inquiète de l'état de santé de son mari.

Domenico Rancadore, qui figure sur la liste du ministère italien de l'Intérieur des criminels les plus dangereux, avait été arrêté dans sa maison d'Uxbridge (ouest de Londres) le 7 août 2013, en vertu d'un mandat d'arrêt européen.

bed/dh/ia

PLUS:hp