C'est un employé vigilant et honnête qui a mis l'Unité permanente anticorruption (UPAC) sur la piste du détournement de matériaux de construction, destinés au projet du train de l'Est, au profit de Suzanne Bibeau, la sœur de Marc Bibeau, grand argentier du PLQ sous le règne de Jean Charest.

Un texte de Isabelle RicherTwitterCourriel

C'est ce que révèle un document rendu public aujourd'hui par le tribunal et qui était, jusqu'à maintenant, caviardé en grande partie.

Le dossier, baptisé Modestie, prend sa source dans le projet de l'Agence métropolitaine de transport (AMT) qui prévoit la construction du train de l'Est reliant Mascouche à Montréal. En 2011, Construction Garnier, alors dirigé par Joe Borsellino, a obtenu un contrat de 30 508 991 $ pour des aménagements ferroviaires dans le secteur Le Gardeur.

Les compagnies Shockbéton et Saramac (toutes deux administrées par Marc Bibeau, ainsi que sa soeur Suzanne Bibeau dans le cas de Saramac) fournissent les produits de béton préfabriqués à titre de sous-traitants. C'est la compagnie Transport Camille Dionne qui transporte les matériaux.

Le 16 août 2013, un chauffeur de la compagnie Transport Camille Dionne reçoit le mandat de se rendre chez Shockbéton, à Saint-Eustache, pour transporter de la marchandise. Un répartiteur de la compagnie lui demande de se rendre chez Saramac pour « une commande spéciale pour le big boss ». Le chauffeur de camion se rend donc chez Saramac, à Terrebonne, et y trouve des bons de livraison portant le numéro S-016. Ce numéro correspond au code du chantier de l'AMT de la section Le Gardeur où il avait fait une livraison le jour même.

Mais à l'usine Saramac, on l'informe que le chargement de dalles de béton préfabriquées est plutôt destiné à la résidence de Suzanne Bibeau, au 473 des Érables, à Laval. Le chauffeur de camion livre donc les dalles à cette adresse. Il expliquera plus tard aux policiers avoir observé la construction d'un grand patio de 50 pieds sur 40 pieds autour d'une piscine, à l'arrière de la résidence.

Alors qu'il retourne chez Saramac pour prendre possession d'un deuxième chargement, on l'avise de déposer le tout chez Shockbéton à Saint-Eustache, puisque le chantier de construction du patio à Laval était maintenant fermé.

L'employé de Transport Camille Dionne a décidé de prendre en photo le dernier chargement, de conserver les bons de commande et de prévenir l'UPAC.

Avec de telles preuves en main, les policiers de la SQ ont pris des photos aériennes du chantier de la maison de Laval le 23 août 2013. Munis de tous ces éléments, et estimant que des tiers avaient pris un arrangement pour que ce détournement de matériaux soit fait au bénéfice de Suzanne Bibeau, l'UPAC a obtenu un mandat de perquisition chez Construction Garnier afin de démontrer qu'une fraude avait été commise.

L'enquête sur un présumé stratagème de financement illégal au PLQ est toujours en cours et la multiplication des perquisitions de l'UPAC a permis aux policiers d'établir un lien entre les documents saisis à la permanence du PLQ le 9 juillet dernier et les entreprises de Marc Bibeau

À VOIR AUSSI:

Loading Slideshow...
  • 9 mai 2013 : Vaillancourt et Accurso accusés de gangstérisme

    L'UPAC arrête Gilles Vaillancourt, dans le cadre de la plus importante frappe de son histoire. Au total, 37 personnes sont accusées de collusion et de corruption dans l'octroi des contrats municipaux. Vaillancourt et Accurso sont accusés de gangstérisme.

  • 25 avril 2013: Scandale du CUSM, Yohann Elbaz épinglé par l'UPAC

    Yohann Elbaz est arrêté dans le cadre de l'enquête sur le scandale des pots-de-vin au Centre universitaire de santé McGill.

  • 20 février 2013: Paolo Catania et François Thériault arrêtés

    M. Thériault a omis de parler de sa maison à la commission Charbonneau alors qu'il a obtenu un rabais de 30 000 $. La maison était construite sur des terrains vendus par une entreprise de Paolo Catania.

  • 29 novembre 2012: Arrestation de l'ex-PDG de SNC-Lavalin

    L'UPAC arrête l'ex-président de SNC-Lavalin, Pierre Duhaime, soupçonné de complot de fraude, fraude et usage de faux, La fraude serait en lien avec le Centre universitaire de santé McGill.

  • 14 décembre 2012: Arrestation du maire de Saint-Rémi

    L'UPAC arrête le maire de la municipalité de Saint-Rémi, Michel Lavoie, accusé d'abus de confiance, de fraude et de complot.

  • 20 novembre 2012: Perquisition dans les bureaux du PRO des Lavallois

    Les bureaux du parti de l'ex-maire Vaillancourt sont situés au 400, boulevard Saint-Martin à Laval.

  • 12 octobre 2012: Perquisitions dans des entreprises en construction à Laval

    Près de 70 policiers de l’escouade Marteau ont mené des perquisitions dans 6 entreprises de Laval. Ils se sont se sont rendus chez Louisbourg SBC, Poly-Excavation, Construction Mergad, Nepcon, Valmont Nadon Excavation et J. Dufresne Asphalte.

  • 8 novembre 2012: Perquisitions dans les bureaux de firmes de génie-conseil

    Aecom, Dessau, Genivar et Cima sont visées.

  • 18 septembre 2012: Perquisition dans les bureaux du Centre universitaire de santé McGill

    La directrice des ressources humaines, Stella Lopreste aurait détourné jusqu'à 1,6 million de dollars du budget.

  • 5 octobre 2012: Perquisitions à Laval

    Perquisitions à la résidence du maire Gilles Vaillancourt jeudi après-midi et durant la nuit de jeudi à vendredi dans quatre édifices de Laval, dont l'hôtel de ville et la résidence principale du maire Gilles Vaillancourt

  • 17 mai 2012: Arrestation de Paolo Catania et Frank Zampino et Bernard Trépanier

    Les enquêteurs de l'escouade Marteau arrêtent l'ancien président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Frank Zampino, l'entrepreneur en construction Paolo Catania et Bernard Trépanier, ancien responsable des finances du parti du maire Gérald Tremblay, aussi appellé «monsieur 3%». Photo: Frank Zampino

  • 25 avril 2012: Perquisition de l'UPAC au siège social du groupe Catania

    Perquisitions dans la région de Montréal, dont une au siège social du groupe immobilier Catania, à Brossard.

  • 29 février 2012: Perquisitions à Saint-Constant

    Des perquisitions sont ménées à Saint-Constant à l'hôtel de Ville et chez le maire Gilles Pepin et son fils ainsi qu'à leur entreprise Évalu-Pro.

  • 17 avril 2011: Opération Gravier

    L'UPAC arrête 14 personnes dont les entrepreneurs Tony Accurso et Normand Trudel. Ils effectuent plusieurs perquisitions dans la ville de Mascouche, Le 20 avril le maire de Mascouche, Richard Marcotte, est arrêté à son retour de Cuba.

  • 19 février 2012: Perquisition de l'UPAC à l'Hôtel de Ville de Montréal

    Perquisitions à l'hôtel de ville dans les locaux d'Union Montréal, ancien parti du maire Michael Applebaum et de l'ex-maire Gérald Tremblay.

  • 27 avril 2011: Première perquisition

    Un peu plus de deux mois après sa création, l'Unité permanente anticorruption effectue une quinzaine de perquisitions, notamment à Saint-Jean-sur-Richelieu. Le 21 juin 2012, un réseau de collusion est démantelé dans la ville.


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?