NOUVELLES

C1 - Real Madrid: Varane, l'heure d'enchaîner

17/03/2014 10:20 EDT | Actualisé 17/05/2014 05:12 EDT

C'est une petite victoire pour Raphaël Varane: le défenseur central français semble enfin libéré de ses problèmes au genou droit et devrait enchaîner mardi contre Schalke 04 un deuxième match en trois jours avec le Real Madrid, une première pour lui en 2014.

Déjà aligné samedi à Malaga en Liga (0-1), l'international français (5 sélections) de 20 ans se profile comme probable titulaire mardi soir (19h45 GMT) en huitième de finale retour de la Ligue des champions, où le Real devrait valider sans trop de souci sa place en quarts après son feu d'artifice du match aller (6-1).

"Je dois toujours faire attention à mon genou mais il va bien et je peux désormais jouer plusieurs matches de suite", s'est-il réjoui ce week-end.

Jouer tous les trois jours? Ce qui est une formalité pour la plupart des footballeurs l'est moins pour lui, victime d'inflammations récurrentes à l'articulation cet hiver, qui lui ont valu d'être indisponible de novembre à février.

Varane pensait pourtant en avoir fini avec les problèmes médicaux lorsqu'il a repris la compétition début octobre, cinq mois après une opération d'un ménisque. Mais, bien vite, il a déchanté: son genou droit enflait, ce qui l'empêchait de répéter les efforts et l'a ramené vers l'infirmerie, où il a reçu le soutien de Zinedine Zidane, entraîneur adjoint du Real.

"+Zizou+ est venu me parler de nombreuses fois, comme l'entraîneur (Carlo Ancelotti) et toute l'équipe", a-t-il raconté.

- Précocité et patience -

Après la précocité, Varane a dû montrer une autre qualité: la patience. Le jeune joueur, qui avait brûlé les étapes au Real et en Bleu, a enduré sans broncher ce retour en salle d'attente, au pire moment pour lui dans l'optique du Mondial-2014.

"C'était la bonne décision, a-t-il estimé mi-février. Je suis jeune, il faut penser au futur, ne pas trop se presser de vouloir revenir au terrain".

D'ailleurs, Ancelotti n'a pas brusqué non plus sa phase de reprise: l'ancien Lensois n'a été titulaire que quatre fois au cours des 10 derniers matches du Real.

Et après son match avec les Bleus le 5 mars contre les Pays-Bas (2-0), il a rejoué quatre jours plus tard contre Levante en club (3-0) mais a été remplacé à la 68e minute.

D'où l'intérêt du match de mardi contre Schalke 04, qui peut lui permettre de démontrer qu'il est pleinement rétabli.

Dans le jeu, en tout cas, il affiche toujours les qualités qui ont fait dire à José Mourinho qu'il serait un jour "meilleur que Laurent Blanc": rapidité, lucidité, assurance, présence dans le jeu aérien...

Certes, Varane ne devrait pas être titulaire pour le clasico dimanche contre le FC Barcelone, barré qu'il est par l'expérimenté duo Sergio Ramos-Pepe. Mais dans une fin de saison où le Real peut encore tout gagner, la concurrence ne l'effraie pas.

"Quand on est à Madrid, c'est toujours la reconquête du poste, chaque année, à chaque match il faut démontrer. Ça ne fait pas peur, c'est justement motivant", a assuré le Français.

Car Varane, jeune et ambitieux, le sait: le temps est son allié.

jed/gv

PLUS:hp