NOUVELLES

Recul marqué de candidatures féminines au PLQ

16/03/2014 04:59 EDT | Actualisé 15/05/2014 05:12 EDT

Le faible taux de candidatures féminines au Parti libéral du Québec laisse entendre que la parité hommes-femmes est moins une priorité pour son chef, Philippe Couillard, qu'elle ne l'était pour son prédécesseur, Jean Charest.

L'équipe libérale de 2014 est composée de 35 femmes, soit 28 % des 125 candidats. Il faut remonter à 1998 pour trouver un ratio plus bas (24 %).

En 2012, le PLQ de Jean Charest, qui avait formé quelques années auparavant le premier conseil des ministres paritaire de l'histoire du Québec, pouvait pourtant compter sur 46 candidates, soit 37 % du total.

Le ratio hommes-femmes a également reculé à la Coalition avenir Québec, passant de 30 candidates en 2012 (24 %) à 27 en 2014 (22 %).

Au Parti québécois, c'est l'inverse. La chef péquiste Pauline Marois présente cette année 46 candidates; c'est donc dire que 37 % des candidats péquistes sont des femmes.

Québec solidaire demeure la seule formation politique qui, année après année, présente un nombre égal de candidats masculins et féminins. Cette année encore, 63 femmes tenteront de se faire élire pour le parti.

Des batailles difficiles

Plusieurs des candidates libérales devront par ailleurs batailler ferme pour se faire élire le 7 avril prochain : 13 d'entre elles se présentent dans des circonscriptions où le PLQ a obtenu moins de 20 % des voix en 2012, soit Sainte-Marie-Saint-Jacques, Chambly, Terrebonne, Gouin, Saint-Jean, Saint-Hyacinthe, Groulx, Iberville, Bertrand, Beauharnois, Johnson, Blainville et Drummond-Bois-Francs.

Des femmes représentent aussi le PLQ dans La Peltrie et Beauce-Nord, deux forteresses caquistes, et Charlevoix-Côte-de-Beaupré, où la chef péquiste Pauline Marois est aussi candidate.

Seules deux recrues libérales devraient théoriquement avoir les coudées franches, soit Hélène David dans Outremont et Marie-Claude Nicholes dans Vaudreuil.

Les autres circonscriptions « sûres » qui se sont libérées au cours des derniers mois (Robert-Baldwin, Nelligan, D'Arcy-McGee, Verdun et La Pinière) ont toutes été offertes à des hommes, de même que Viau, où David Heurtel a été élu en décembre à l'issue d'une élection partielle.

Avec La Presse Canadienne

PLUS:rc